L'Actuel
09:25 15 octobre 2021 | mise à jour le: 15 octobre 2021 à 14:59 Temps de lecture: 2 minutes

Des possibilités en mobilité durable à Loretteville

Des possibilités en mobilité durable à Loretteville
Photo: Photo Métro Média Archives

L’organisme Accès transports viables vient de lancer une démarche participative de diagnostics territoriaux qui permettront de mettre en lumière les possibilité en mobilité durable dans le secteur. Le projet s’intitule Mobilité.s, un territoire de possibilités, et s’attardera à identifier les habitudes de déplacement des résidents, puis à proposer des pistes de solutions.

Le projet consiste en une démarche participative de diagnostics territoriaux étalée sur trois ans visant à dévoiler les potentialités en mobilité durable de Loretteville. Les secteurs de Stoneham-et-Tewkesbury, Saint-Étienne-de-Lauzon et Saint-Apollinaire sont également visés par le projet.

La démarche a pour but de mettre en valeur l’offre disponible et identifier des pistes d’amélioration possibles. Elle s’intéressera à la fois aux déplacements de travail ou de loisir et permettra d’aborder les enjeux liés autant à la sécurité routière, qu’à la desserte de transport en commun ou qu’aux infrastructures liées à la marche ou au vélo.

Au-delà du centre-ville

Selon Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, on peut observer depuis un moment un engouement pour des projets de mobilité durable au-delà des centres urbains.

«Le projet piloté par Accès transports viables met nettement en lumière l’ingéniosité et l’engagement des organismes et des municipalités face à l’urgence climatique. Bien placés pour déterminer les pistes d’action et de réflexion à privilégier, ils se joignent à la mobilisation collective nécessaire à la lutte contre les changements climatiques. Nous sommes heureux de soutenir les initiatives qu’ils mettent en œuvre par le biais de programmes comme Action-Climat Québec», a souligné Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, dont le ministère subventionne le projet.

Au terme de ce projet, qui se déroule jusqu’en 2023, l’expérience acquise auprès de ces quatre milieux identifiés sera mise à profit pour l’ensemble des municipalités périurbaines et organismes faisant la promotion de la mobilité durable sous la forme d’une boîte à outils.

Les citoyens de Loretteville ont jusqu’au 15 octobre pour répondre à l’enquête sur les habitudes de déplacement et leur vision de la mobilité, en allant sur www.mobilite-s.org

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *