L'Actuel
12:57 14 septembre 2021 | mise à jour le: 14 septembre 2021 à 12:57 Temps de lecture: 3 minutes

Une partie du parc Montchâtel convoitée par un promoteur

Une partie du parc Montchâtel convoitée par un promoteur
Photo: /Photo Métro Média - Perrine Gruson

Un développement résidentiel est envisagé à la place d’une partie de la forêt du parc Montchâtel, entre le boulevard des Cimes et la route Penney, à l’est de l’autoroute Henri IV. Lors d’une rencontre virtuelle, de nombreux résidents du coin ont fait part de leurs inquiétudes à l’idée de voir disparaître une partie de la forêt et d’augmenter la circulation.

L’atelier d’échanges avec les citoyens, organisé par la Ville qui est favorable au développement du secteur, a eu lieu le 13 septembre dernier pour présenter le projet aux citoyens et les écouter.

Constructions Gély compte y bâtir un parc résidentiel de 60 maisons unifamiliales, soit «la plus faible densité possible», selon le promoteur. La Ville a confirmé que ce secteur était identifié comme à développer et qu’il y aurait un projet résidentiel, mais que la rencontre servait à apporter des modifications au futur développement.

Pour le moment, le projet prévoit l’aménagement de trois nouvelles rues pour construire les résidences. Pour ce faire, il faudra dézoner le terrain actuellement réservé pour usage forestier et abattre des milliers d’arbres.

De nombreux participants

Environ 150 personnes participaient à la présentation virtuelle. Pour les résidents de ce secteur boisé qui ont pour habitude d’avoir la forêt comme voisine, le projet passe mal. Certains semblaient toutefois résignés et ont fait savoir qu’ils comprenaient les motivations du promoteur.

Ce qui a semblé le plus inquiéter les résidents des alentours est la circulation dans le secteur, déjà problématique. «Il va y avoir plus de trafic, plus d’autos, dans un secteur où les limites de vitesse ne sont pas respectées et beaucoup ne font pas leurs arrêts. Comment la Ville compte régler ça?», a questionné Maxime Savard. Pour une résidente de la rue Louise-Carrier, la zone tampon entre les habitations et le boisé devrait être bonifiée. «Il devrait y avoir des critères minimums de végétalisation», argue-t-elle.

Plusieurs citoyens ont fait mention de leur déception de voir se transformer ce secteur tranquille et nature qu’ils ont choisi comme milieu de vie. Sur une publication Facebook annonçant le projet, une citoyenne mentionne: «Il n’y a même plus de places dans les écoles! Peut-être construire des écoles au lieu des maisons».

Avant d’aller plus loin, la Ville devra organiser une consultation publique ainsi que demander son opinion au conseil de quartier Des Châtels. Une période référendaire sera aussi effectuée après l’éventuelle adoption du projet de règlement par les conseillers municipaux.

Un espace de plein air apprécié

«Le parc Montchâtel s’étend sur une superficie de 16 hectares sur une colline boisée et sur une partie de la terrasse sablonneuse de la vallée du ruisseau Montchâtel. Il présente une diversité d’essences forestières typiques de la région, dont des érables à sucre, des hêtres américains, des épinettes blanches et des sapins baumiers. La diversité faunique de ce secteur est exceptionnelle puisqu’il est toujours connecté aux massifs forestiers localisés au nord. Cette particularité favorise le déplacement des espèces, dont certains mammifères comme le cerf de Virginie, l’orignal et le porc-épic», peut-on lire sur le site parcnaturels.org. Les sentiers font la joie des promeneurs et des cyclistes ou amateurs de fatbike, été comme hiver.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *