L'Actuel
15:52 13 septembre 2021 | mise à jour le: 17 septembre 2021 à 14:11 Temps de lecture: 12 minutes

Élections fédérales: la parole aux candidats dans Louis-Saint-Laurent

Élections fédérales: la parole aux candidats dans Louis-Saint-Laurent
Photo: Photo Métro Média Josie Desmarais

Cette semaine, L’Actuel vous présente les candidats dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent à l’aide de trois questions ciblant des enjeux majeurs.

Thierry Bilodeau, Bloc québécois

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«Le nationalisme économique doit être au cœur de nos stratégies de relance économique au Québec. Il faut soutenir nos entrepreneurs d’ici et nos PME en leur offrant des solutions concrètes aux difficultés financières ainsi qu’à la pénurie de main-d’œuvre: aide à la transition numérique des entreprises, frais de cartes de crédit moins élevés pour les transactions en ligne, délais supplémentaires pour rembourser sans pénalité́ les prêts contractés durant la pandémie, suspension de la PCRE pour les secteurs qui n’en ont plus besoin, etc.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Le transport est une compétence exclusive du Québec et c’est donc aux Québécois de se prononcer sur les projets dont ils ont besoin lors des élections municipales, québécoises ainsi que lors des évaluations environnementales. Le Québec a droit à sa juste part dans le programme fédéral d’infrastructures, sans condition. Ce sont nos taxes et nos impôts. Bien que de juridiction québécoise, la mobilité est très importante pour le développement de Louis-Saint-Laurent, tant pour des impératifs économiques qu’écologiques. Il est souhaitable d’améliorer et de bonifier l’offre de transport (actif, collectif) pour désengorger et offrir un meilleur service aux citoyens.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Il faut d’abord rehausser nos ambitions par des cibles inscrites dans la loi. Il faut ensuite rediriger l’argent du Québec investi dans les énergies fossiles vers nos énergies propres, nos technologies vertes et notre innovation écologique afin de créer de la richesse dans toutes les régions du Québec. Notre nationalisme économique doit être au service de la transition énergétique et écologique, domaines dans lesquels le Québec a un immense potentiel de développement. Cessons d’opposer le développement économique à la protection de l’environnement et devenons des leaders internationaux.»

Thierry Bilodeau – gracieuseté

Diplômé de l’Université du Québec à Trois-Rivières en communication sociale et de l’Université Laval en relations publiques, Thierry Bilodeau. 27 ans, était jusqu’à tout récemment, conseiller politique à l’Assemblée nationale du Québec.

Daniel Chicoine, Parti vert

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«La relance devra faire de Québec une ville plus résiliente, offrant un meilleur support à la production locale, offrant plus de logements abordables et de transport collectif, là où les besoins ont émergé comme les déplacements vers les banlieues.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Le Canada doit se doter d’un TGV pour relier les régions entre elles afin qu’il soit tout aussi pratique que l’avion.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«L’économie circulaire constitue un levier de croissance économique qui favorise l’essor de nouveaux modèles d’affaires et le développement de technologies et de produits plus économes en ressources avec une faible empreinte environnementale.»

Daniel Chicoine a été officier au sein des Forces armées. Son statut d’Ancien combattant lève la réserve politique que la carrière militaire impose et il veut faire partie de la solution face à l’urgence climatique. Photo gracieuseté

Gérard Deltell, Parti conservateur du Canada

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«Nous voulons remettre le Canada au travail. Ce n’est pas le gouvernement qui crée des emplois, mais le gouvernement peut nuire aux emplois. On l’a tous constaté cet été! Partout dans Louis-Saint-Laurent, les entreprises, les commerces et les restaurants souffrent énormément de mesures qui ne sont plus justifiées comme la PCRE. Nous allons mettre en place des mesures pour stimuler la relance de nos PME, notamment en facilitant les investissements privés et en nous attaquant à la pénurie de main-d’oeuvre. Nous devons freiner les dépenses incontrôlées qui ont pour effet direct de diminuer la capacité de payer des Canadiens.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«J’ai lancé le débat sur le 3e lien en 2013. Aujourd’hui, nous sommes le seul parti fédéral à soutenir et financer clairement ce projet.  Le 3e lien va de centre-ville à centre-ville et inclut le transport en commun. Résultat, on va assurer ainsi la fluidité des transports pour le prochain siècle. Notre plan prévoit aussi l’aide direct au transport en commun et l’appui au TGF. Nous, les conservateurs, on travaille avec nos partenaires soit les villes et la province pour le transport régional.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Nous avons déposé en avril un plan sérieux pour lutter contre les changements climatiques, afin d’atteindre nos objectifs et de réduire les émissions d’ici 2030. Un gouvernement dirigé par Erin O’Toole fera du Canada un leader mondial des véhicules à émission zéro. Notre plan prévoit 1G$ dans les nouvelles technologies de batterie en les fabriquant ici et en assurant leur recyclage. On va mettre sur pied un tarif sur le carbone où les sommes versées vous seront directement retournées plutôt qu’être dans les mains du gouvernement.»

Après une longue carrière en tant que journaliste, Gérard Deltell a été élu député conservateur de Louis-Saint-Laurent à la Chambre des communes en octobre 2015. Photo gracieuseté

Mélanie Fortin, Parti Libre du Canada

Mélanie Fortin, Parti Libre Canada

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«D’abord, au Parti Libre Canada, nous souhaitons rétablir un niveau de climat social sain, harmonisé et équilibré dans le respect de toute vie. Pour nous, chaque individu doit être respecté dans son intégrité physique, mentale et émotionnelle. Nous allons demander la suspension immédiate de
l’injection expérimentale. En effet, sur les sites des fabricants, il est clairement indiqué que les injections sont actuellement en phase 3. Nous exigerons d’urgence une enquête indépendante et publique sur la gestion de la pandémie.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Une autre dimension qui nous distingue est de mettre en place la démocratie directe. En effet, nous souhaitons remettre les préoccupations et les besoins du peuple au centre des décisions. Souvent, les gens ont d’excellentes idées à mettre de l’avant, mais aucun endroit pour les déposer. Ainsi, pour le transport régional, il est important de premièrement écouter les gens. Quels sont les enjeux, les besoins? Quelles sont leurs solutions? Les consultations populaires et les référendums permettront la prise de décisions qui se collent aux gens.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Comme je l’ai mentionné précédemment, l’implantation de la démocratie directe permettra de cibler les priorités des gens. Comme citoyens, quels projets sont à mettre de l’avant, dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent, en lien avec l’environnement? Nous sommes arrivés à un point tournant de la démocratie et si l’on veut changer les choses, comme Einstein l’a si bien dit: «La folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’espérer des résultats différents.»

 

Yu-Ti Eva Huang, Nouveau Parti Démocratique (NPD)

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«La pandémie pourrait durer plus longtemps que prévu. C’est douloureux pour tout le monde. Cependant, c’est une grande opportunité pour aider nos industries et nos entreprises à se transformer. Plus d’énergie verte devrait être utilisée dans tous les domaines et le gouvernement devrait également aider à construire une variété d’approvisionnements sur nos propres terres pour créer plus d’emplois et être plus autosuffisants.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Tout nouveau service de transport régional doit être respectueux de l’environnement. Nous avons abusé de notre planète et en avons profité sous tous ses aspects. Les tramways électriques ou les bus solaires électriques devraient être notre premier choix en matière de transports publics régionaux.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Les combustibles fossiles sont le problème et l’énergie verte est la clé. Notre pays a les ressources ainsi que les capacités d’appliquer l’énergie verte aux automobiles, aux industries, à l’agriculture, etc. Des prêts à taux d’intérêt faibles voire nuls devraient être proposés aux entrepreneurs qui souhaitent créer une entreprise produisant ou appliquant de l’énergie verte. Le suremballage sur tous les produits doit être arrêté. Un meilleur système d’élimination des déchets et un système de recyclage réel devraient être construits immédiatement.»

Yu-Ti Eva Huang, candidate du NPD.

Guillaume Labonté-Côté, Parti populaire du Canada

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«On fera la promotion d’une approche rationnelle et fondée sur la science de la pandémie qui met l’accent sur la protection des plus vulnérables, garantit la liberté des Canadiens de prendre des décisions fondées sur un consentement éclairé, et rejette la coercition et la discrimination. On soutiendra les mesures d’urgence provinciales mises en œuvre pour protéger les plus vulnérables, mais arrêtera de renflouer financièrement les provinces qui imposent des confinements destructeurs sur le plan économique.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Afin d’acheter des votes, Erin O’Toole promet plus de milliards de nouvelles dépenses et de mesures fiscales ciblées financées par de l’argent emprunté, tout comme les libéraux. Il a déclaré qu’il faudrait une décennie à un gouvernement conservateur pour équilibrer le budget, soit au moins trois mandats. Comme tout peut arriver pendant cette période, c’est comme ne s’engager à rien du tout. Sa plateforme est la même que celle des libéraux.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«On abolira la taxe sur le carbone du gouvernement libéral et on laissera les gouvernements provinciaux adopter des programmes de réduction des émissions s’ils le souhaitent. On propose la mise en œuvre de solutions pratiques pour rendre l’air, l’eau et les sols plus propres au Canada, y compris en s’assurant que les communautés éloignées des Premières Nations aient accès à de l’eau potable. Finalement, on cessera d’envoyer des milliards de dollars aux pays en développement pour les aider à réduire leurs émissions.»

Photo gracieuseté

Nathanielle Morin, Parti libéral du Canada

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«D’abord, utiliser le potentiel économique de Louis-Saint-Laurent afin de développer certains parcs industriels comme Val-Bélair et avenues commerciales (comme Lebourgneuf) pour créer des emplois payants qui ramèneront plus d’argent dans vos poches. Ensuite, travailler à stabiliser le financement des organismes communautaires comme les Maisons des jeunes et à but non lucratif, comme ceux en soutien aux personnes âgées puisque ces derniers sont cruciaux dans notre circonscription. Enfin, améliorer la reconnaissance de la formation des personnes provenant de l’international afin de faciliter leur intégration rapide au marché économique d’ici.

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Il est important que le développement de transport régional fasse preuve de considération pour les générations à venir. Cette considération est financière, sociale et environnementale. En 2021, il faut absolument prendre le temps d’analyser et d’évaluer les projets avant de dépenser votre argent. Faire autrement ne serait pas responsable! C’est pourquoi on s’engage à travailler pour assurer le développement du transport régional, qu’il soit en commun ou autre, afin de faciliter le déplacement entre la circonscription (comme Val-Bélair) et le reste de la région de Québec, y compris le secteur de Lévis.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Ce ne sont pas les mesures environnementales qui manquent dans notre équipe. Que ce soit l’interdiction des plastiques à usage unique, des mesures sur les véhicules électriques ou les investissements en transport en commun, nous avons toujours été là pour assurer un avenir vert. La prochaine étape nécessaire repose sur la transition énergétique. En utilisant l’expertise unique du Québec en énergie renouvelable, nous pourrons aider l’Ouest canadien à développer leur secteur de l’énergie verte afin de les amener à réduire l’importance des secteurs polluants dans leur économie. L’avenir vert repose sur la collaboration entre les provinces.»

Originaire du Saguenay, Nathanielle habite la grande région de Québec depuis 2013. Elle travaille actuellement à titre de conseillère en amélioration continue au CHU de Québec. -Photo gracieuseté

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *