L'Actuel
09:36 13 septembre 2021 | mise à jour le: 13 septembre 2021 à 09:43 Temps de lecture: 3 minutes

Une œuvre d’art pour rendre hommage au Lorette

Une œuvre d’art pour rendre hommage au Lorette
Photo: Photo Métro Média - Perrine GrusonRock Gagnon devant l'oeuvre d'art dévoilée.

Même si les festivités du 100e anniversaire du Club de golf de Lorette se sont étirées sur deux ans en raison de la Covid-19, l’œuvre d’art en hommage aux personnages qui ont bâti le club a pu être dévoilée récemment.

Qui sont ces personnages qui ont bâti le Lorette? «Il y a trois personnages sur l’œuvre d’art. D’abord le golfeur junior, puisque dès 1921, les enfants des membres de 15 ans et plus pouvaient gratuitement jouer», fait valoir Rock Gagnon, responsable des activités pour le comité du 100e du club. Le club est également reconnu pour offrir des camps spécialisés pour les jeunes chaque été ainsi que pour accueillir des championnats junior.

Après le junior, le 2e personnage mis en vedette sur l’œuvre d’art est la golfeuse. Si on oublie trop souvent l’acronyme du mot G.O.L.F. (Gentlemen Only Ladies Forbidden, littéralement Messieurs seulement femmes interdites), le Club de golf de Lorette se targue d’avoir été avant-gardiste en ce qui a trait à l’égalité des sexes dans le sport. «En 1922, il y a eu la Coupe Chalifour, une compétition féminine. Dès 1925, il y a eu le groupe des dames, l’ancêtre de la section féminine», raconte M. Gagnon.

Enfin le troisième et plus grand personnage est un golfeur qui symbolise les familles fondatrices.

L’œuvre d’art a été dessinée par Caroline Desmeules et l’artiste qui l’a ensuite créée s’appelle Jérôme Lapointe. Elle est composée d’aluminium poli. Elle a la particularité d’être en trois dimensions et d’offrir un point de vue différent mais en relief, quel que soit l’angle d’où on la regarde.

Optimisme quant à l’avenir du golf

Si Rock Gagnon convient que la Covid-19 a profité plus que jamais au sport, il croit qu’il y aura une diminution de l’achalandage «quand les gens vont se remettre à voyager», mais que celle-ci sera légère. «On a rajeuni le <@Ri>membership<@$p> et de plus en plus de jeunes gens viennent jouer en couple», se réjouit-il.

Un peu d’histoireLe club de golf n’a pas toujours été sur la rue Monseigneur-Cooke. De 1920 à 1926, il se situait sur des terrains prêtés par Wendake, à la place de l’actuel aréna de Loretteville, juste à côté de la rivière Saint-Charles. Les dix-huit trous n’ont fait leur apparition qu’en 1964. Pendant la Grande Dépression, le golf a aussi pris entente pour louer les terrains pendant cinq ans à des agriculteurs afin qu’ils puissent utiliser la terre pour la cultiver et y faire paître leurs vaches.

Trois

C’est le nombre de clubs de golf centenaires dans la région de Québec dont fait partie Le Lorette. C’est également le 19e plus vieux terrain de la province.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *