L'Actuel
10:54 18 mai 2021 | mise à jour le: 18 mai 2021 à 10:54 temps de lecture: 4 minutes

Des gâteaux aussi beaux que bons

Des gâteaux aussi beaux que bons
Photo: /Photo gracieuseté

PÂTISSERIE. Passer deux ou trois heures à décorer un gâteau pour un résultat digne des plus grands pâtissiers? Cela n’effraie pas Anne-Sophie Harvey, 12 ans, qui s’est lancée dans la confection et la décoration de gâteaux il y a quatre ans. Si la jeune élève de l’école Saint-Claude a le bec sucré, sa passion est de rendre les petites et grandes douceurs aussi belles que bonnes.

Alors qu’elle avait 8 ans, Anne-Sophie a participé à un concours de gâteaux au camp de jour où elle allait. Cela a été le début de sa grande aventure, avant qu’elle ne se lance plus officiellement lors de la grande journée des petits entrepreneurs, à ses 9 ans.

«J’ai toujours aimé vraiment ça la pâtisserie. Je regardais des vidéos de décoration de gâteaux quand j’étais petite», raconte Anne-Sophie. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, sa passion n’a pas été transmise par l’un de ses parents. «Ça vient vraiment de moi uniquement», mentionne la jeune pâtissière.

De l’art

Les pâtisseries qu’elle crée s’apparentent pour elle davantage à de l’art qu’à de la cuisine. «Pour moi, c’est vraiment plus de l’art. Cela demande beaucoup de précision. Dans la vie, je fais aussi de la peinture», illustre-t-elle comme parallèle.

Pour parvenir à un résultat visuellement alléchant, la jeune fille a dû s’équiper au fil des ans. Les moules à gâteaux, les outils spécifiques à la pâtisserie, le fondant, les bonbons, font d’elle désormais une pâtissière aguerrie. Son gâteau le plus difficile à faire? «Celui où j’ai fait un bonhomme en fondant, c’était très difficile». Les pâtisseries dont elle est le plus fière? «Mon gâteau de Winnie l’ourson en fondant et celui que j’ai fait pour un mariage il y a deux ans. Il était très gros», se souvient-elle.

L’année prochaine, Anne-Sophie s’en ira au secondaire à l’Académie Saint-Louis, avec des projets plein la tête, qui impliquent son talent. «Comme travail d’adolescente, j’aimerais faire des fêtes d’enfants où j’apporterais mon matériel pour faire la décoration de gâteaux», avance celle qui se sent à l’aise de donner des ateliers.

Gérer le calendrier

«À la blague, je dis souvent que je suis gestionnaire de ses réseaux sociaux», mentionne sa mère, Geneviève Biron. Celle-ci répond aux demandes et vérifie le calendrier de sa progéniture pour être capable de réaliser les commandes dans les temps. «La priorité, c’est l’école. Cela reste un passe-temps», exprime la maman qui s’occupe souvent du temps de cuisson des gâteaux. «On est aussi impliqués financièrement, c’est certain. Par exemple, lorsqu’il a fallu lui acheter du matériel. Mais maintenant, c’est elle qui paie son beurre. Et ça lui apprend plein de choses, comme la gestion des stocks et l’organisation en général», fait-elle valoir. Pour participer au travail d’équipe, son papa, lui, est de corvée de vaisselle.

Planification et commandes

Pour commander un gâteau, les clients peuvent écrire à Anne-Sophie par l’entremise de la page Facebook Les pâtisseries d’Anne-Sophie. Afin de bien planifier, un minimum de deux semaines avant la livraison prévue est demandé. Le prix est fixé en fonction du temps et du matériel utilisé.

Les gâteaux prennent jusqu’à trois heures à décorer pour un effet époustouflant. Photo gracieuseté

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *