L'Actuel
08:50 12 mai 2021 | mise à jour le: 12 mai 2021 à 08:50 temps de lecture: 3 minutes

Sauver le «phare» de la rue Racine

Sauver le «phare» de la rue Racine
Photo: /Photo Métro Média - Perrine GrusonEn plus de l’état des galeries, la toiture de la résidence curiale est visiblement en mauvais état.

PATRIMOINE. Plusieurs éléments du presbytère de la paroisse Saint-Ambroise doivent être rénovés d’urgence. L’édifice bicentenaire, qui loge les curés de la paroisse, devra subir des travaux qui coûteront environ 400 000$. Devant l’urgence d’agir, plusieurs acteurs du milieu, comme la Société d’histoire de la Haute-Saint-Charles, les Chevaliers de Colomb et les membres de la communauté religieuse, se sont mobilisés en lançant la campagne de financement Implique-Toit.

Rare édifice de ce type à abriter encore des prêtres dans la région, le presbytère a besoin d’une nouvelle toiture puisque l’actuelle laisse s’infiltrer l’eau. Les six lucarnes, la fenestration et les galeries sont à changer, et de la maçonnerie est également à faire.

Comme le bâtiment n’est actuellement admissible à aucune subvention et que la Fabrique n’a pas les fonds nécessaires, la campagne Implique-Toit vise à amasser le montant de 400 000$. La population est invitée à faire un don en achetant une tuile symbolique de l’actuelle toiture, ou simplement en donnant un montant par l’entremise du site internet. «Nous avons déjà réussi à amasser presque 100 000$ de paroissiens, mais aussi de citoyens préoccupés par le patrimoine», a indiqué Mario Côté, prêtre de la paroisse.

Préserver l’histoire

La préoccupation de maintenir le bâtiment en bon état n’est pas uniquement celle des paroissiens. Les Chevaliers de Colomb et la Société d’histoire s’impliquent également pour sa sauvegarde. «C’est plus qu’une campagne de financement, c’est la mise en valeur d’un bâtiment exceptionnel, la valorisation du patrimoine bâti», a exprimé Mario Lussier, président de la Société d’histoire de la Haute-Saint-Charles, présent lors de la conférence de presse. Le bâtiment de 1795 a selon lui toujours attiré l’œil et il fait partie des éléments fondateurs de Loretteville. «C’est le phare de la rue Racine. Il attire l’œil en ce moment par son état de délabrement», a déploré l’historien.

Vocation à long terme

L’abbé Mario Côté, qui l’habite présentement, confirme que le presbytère gardera sa vocation de résidence curiale. Il est d’ailleurs prévu que cinq prêtres qui s’occupent du grand territoire de la paroisse y logent dès le 1er août. «La vocation du presbytère est là pour durer. Il fait partie du patrimoine vivant», a-t-il mentionné en rappelant les nombreux presbytères de la région inoccupés et rachetés à d’autres fins dans les dernières années.

Des défis

En raison de son caractère patrimonial reconnu par le ministère de la Culture et des Communications, le presbytère devra conserver une toiture réalisée par des professionnels de la ferblanterie.

Pour contribuer à la campagne de financement, visitez saint-ambroise.org/impliquetoit/

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *