L'Actuel
16:15 11 mai 2021 | mise à jour le: 11 mai 2021 à 16:17 temps de lecture: 3 minutes

De l’électricité avec les masques jetables

De l’électricité avec les masques jetables
Photo: /Photo gracieuseté

REVALORISATION. Les déchets générés par les masques jetables sont un problème d’ordre mondial et un important importateur d’équipement médical dans la province, l’entreprise JWG de Québec, a décidé de s’y attaquer en proposant «Valorise ton masque». Le programme offre un service complet de récupération des couvre-visages jetables, de la boîte à la cueillette de celle-ci lorsqu’elle est pleine, dont le contenu sera brûlé et transformé en électricité.

Le Gouvernement du Canada «estime que 63 000 tonnes d’équipements de protection individuelle (ÉPI) jetables finiraient comme déchets, et seraient ultimement acheminés vers des sites d’enfouissement». Selon l’Organisation des Nations Unies, «on pourrait s’attendre à ce qu’environ 75% des masques utilisés, ainsi que d’autres déchets liés à la pandémie, se retrouvent dans des décharges ou flottent dans les mers». Devant ce constat, JWG, qui approvisionne le Québec en équipement médical, a décidé d’agir.

«Au début de la pandémie, on travaillait très fort pour rendre les équipements de protection individuels (EPI) accessibles ainsi que pour l’approvisionnement. Maintenant qu’on a pris un peu de recul et qu’on est au premier plan des problèmes que les masques ont pu causer, on a voulu faire quelque chose», exprime Martin Sirois, expert en logistique et développement des affaires chez JWG, face à ce constat.

L’entreprise du secteur Les Rivières a alors développé Valorise ton masque, un système qui offre l’aller-retour d’une boîte de récupération pour les masques. Ces boîtes sont ensuite envoyées aux États-Unis à la compagnie Covanta, où les masques sont incinérés, et dont l’incinération fournit de l’électricité localement. «L’électricité coûte si peu au Québec qu’on n’a pas encore la technologie pour pouvoir faire ça ici», explique M. Sirois. En plus de cette initiative, un arbre est planté à chaque boîte achetée, afin de pallier l’énergie utilisée pour faire les allers-retours avec les boîtes.

À la recherche d’une meilleure solution

Même si la revalorisation est mieux que rien, JWG cherche une solution qui permettrait de recycler le masque à 100%. «Ce qu’on propose n’est pas parfait, mais on va dans la bonne direction. Des gens nous ont contactés, on est plusieurs autour de la table à tenter de trouver de meilleures solutions».

Le défi du recyclage des masques se situe dans la séparation des composants, notamment en raison de la tige qui tient sur le nez, faite d’aluminium ou de plastique. «Mais on espère trouver la technologie qui permette d’utiliser tout le masque dans un délai assez raisonnable. […] Le modèle du recyclage reste le modèle idéal pour nous», conclut-il.

Pour obtenir de l’information sur le programme : valorisation.jwg.ltd/

«Ce qu’on propose n’est pas parfait, mais on va dans la bonne direction».
-Martin Sirois

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *