Culture
14:54 20 avril 2021 | mise à jour le: 20 avril 2021 à 14:54 temps de lecture: 2 minutes

De l’art public au parc de La Chanterelle

De l’art public au parc de La Chanterelle
Photo: /Photo Métro Média - ArchivesLe processus de création avec les jeunes a commencé en février 2020 et 19 élèves de première secondaire ont participé avec l’accompagnement de leur enseignante d’arts plastiques.

C’est la proposition du duo d’artistes Demers-Mesnard qui a été retenue lors du processus de sélection pour le projet de médiation culturelle en art public au parc de La Chanterelle. Intitulée Le bestiaire caché de La Chanterelle, la création célèbre la nature et la vie du quartier Val-Bélair.

La sculpture est composée de trois coquelicots géants habités par sept animaux indigènes (canard, renard, chauve-souris, papillon, hibou, lièvre et écureuil). Le jeu d’échelleS et les couleurs vives lui confèrent un aspect ludique et, parallèlement, la symbolique du coquelicot rend hommage aux militaires du secteur et à leur famille. L’œuvre sera réalisée en aluminium peint avec protection anti-graffitis et devrait être installée à l’automne 2021.

Processus participatif

Le processus de médiation culturelle pour le développement du concept de l’œuvre s’est tenu au printemps et à l’automne 2020 avec des élèves de l’école L’Odyssée. La somme de 82 627$ investie pour la réalisation de cette œuvre provient de l’Entente de développement culturel intervenue entre la Ville de Québec et le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Ce projet fait suite à une première tournée des arrondissements où six projets de médiation culturelle en art public ont été réalisés. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *