Actualités
08:05 13 avril 2021 | mise à jour le: 13 avril 2021 à 08:05 temps de lecture: 3 minutes

Plonger dans ses souvenirs grâce aux bougies

Plonger dans ses souvenirs grâce aux bougies
Photo: Fières ChandellesLes bougies Fières Chandelles sont à base de cire végétale pour remplacer la paraffine.

Artisanat. Laurence Gauthier, une jeune entrepreneure de vingt-trois ans résidente du secteur de Saint-Émile, lance ses collections de bougies olfactives avec une conviction : raviver les souvenirs dans les foyers dès que la mèche s’allume.

«Je suis quelqu’un qui associe beaucoup les souvenirs aux odeurs, que ce soit une vague de nostalgie bonne ou mauvaise. Ces senteurs qui nous ramènent dans nos souvenirs, c’est puissant et je trouve que c’est un domaine que l’on n’exploite pas assez», soutient la créatrice.

Elle espère en réalisant ses propres combinaisons de fragrances et de couleurs déclencher des émotions chez ses clients. «En ce moment, j’ai une bougie “journée lessive”», indique-t-elle, avant de poursuivre, «on est tous passé une fois en promenade dans la rue lorsque quelqu’un faisait son lavage et dont l’odeur nous a ramené quelque part dans notre enfance en nous rappelant le détergent utilisé par notre mère lorsqu’on était jeune».

La créatrice travaille actuellement sur un concept de bougie aux senteurs des poudres appliquées sur les nourrissons, «qui n’a pas un souvenir lié à cette odeur réconfortante?», interroge-t-elle.

C’est sa sensibilité aux odeurs que Laurence Gauthier transcrit dans ses compositions.

«Les odeurs et les souvenirs qui y sont rattachés font partie de nous et de notre identité».

Laurence Gauthier, la créatrice, est une jeune entrepreneure de Saint-Émile. Photo gracieuseté – Fières Chandelles

Se disant «grande consommatrice d’encens, de bougies et de tout ce qui sent bon», c’est en créant des cadeaux faits-main pour sa famille proche et ses amis qu’elle s’entiche, avec passion, de cet artisanat, «finalement, je n’ai jamais été capable d’arrêter d’en faire» s’exclame-t-elle.

Elle s’exerce alors durant plusieurs mois jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant et décide de créer son entreprise Fières Chandelles en décembre 2020 afin de proposer ses créations à la vente.

Naturelles et singulières

Les bougies vendues par la détaillante sont garanties sans paraffine, le composant de base dérivé du pétrole, communément utilisé dans la majorité des bougies. « J’utilise une cire végétale de soja, c’est la graine qui est transformée, détaille-t-elle. L’émanation lors de la combustion est moins nocive». L’avantage est que la cire naturelle ne génère pas de suie et est moins raffinée contrairement aux bougies ordinaires.

La créatrice décline ses fragrances en collection. «Je fonctionne par vague ou vente avec environ six à huit déclinaisons. J’essaie de me tenir à cette série pour ne pas perdre les gens dans un flot de senteurs», affirme-t-elle. Elle s’inspire également des effluves saisonnières pour exploiter au maximum cette thématique. «Je ne ferais pas une bougie au pain d’épices en plein été !», s’amuse-t-elle.

Vendue principalement en ligne, une partie de sa collection est également disponible dans la friperie Pétales Boutique située sur l’île d’Orléans. «Sandrine [la propriétaire] encourage beaucoup les créateurs québécois et l’île d’Orléans, c’est idéal, c’est un bel endroit à visiter, très touristique l’été et l’automne» dit-elle convaincue.

Chaque nouvelle collection comprend une centaine de bougies. Le 2 mai prochain, Fières Chandelles aura un emplacement au Marché Jean Talon où sera dévoilée une gamme composée de huit fragrances.

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *