L'Actuel
11:22 10 janvier 2021 | mise à jour le: 10 janvier 2021 à 10:53 temps de lecture: 4 minutes

Année politique historique pour Gérard Deltell

Année politique historique pour Gérard Deltell
Le député de Louis-Saint-Laurent est devenu leader parlementaire de l’opposition officielle en septembre. /Photo capture d'écran - Chambre des Communes

POLITIQUE. Brossant le bilan d’une année pas comme les autres, Gérard Deltell, député fédéral de la circonscription Louis-Saint-Laurent, assure avoir beaucoup d’empathie pour les commerçants locaux, toutes les personnes et entreprises qui doivent répondre aux diverses mesures gouvernementales.

«On est tous otages de la situation de la santé publique, je ne parle pas du département, mais bien de la santé du public en général. De tous les chiffres que l’on voit, celui qui m’interpelle le plus est le nombre d’hospitalisations aux soins intensifs.» Le député fédéral ajoute que les parents doivent conjuguer quotidiennement avec leurs enfants qui ne peuvent pas aller à l’école ni voir leurs amis. Il souligne également l’implication des personnes qui tiennent à bout de bras le réseau de la santé afin que la population puisse traverser cette pandémie.

«Les besoins changent et les façons de faire sont différentes. Lorsqu’on est en politique, retourner à la base c’est d’écouter son monde. Je ne me plain pas, car je fais partie des privilégiées qui n’ont pas perdu leur travail ni leur salaire.»
-Gérard Deltell

«On ne peut plus le faire comme avant. J’ai eu des rencontres Zoom avec bien des citoyens. J’ai discuté récemment avec une étudiante qui réalisait un travail scolaire. C’était impossible pour elle de venir à mon bureau avec ses parents. Je me suis déplacé chez elle et nous avons parlé à l’extérieur.» Pour le député fédéral, l’essentiel de son métier demeure l’écoute des électeurs.

Le représentant de la circonscription Louis-Saint-Laurent ne s’en cache pas, l’année 2020 a imposé de nombreux changements. «Je fais de la politique depuis 12 ans à rencontrer des gens partout et parler avec eux. Prendre trois ou quatre cafés le matin dans trois ou quatre restaurants, ça, c’est mon quotidien. Participer à quatre ou cinq activités le samedi soir aussi, mais là, on ne peut pas le faire. Il me manque un gros morceau, c’est-à-dire le contact direct avec les gens.»

Gérard Deltell mentionne que la pandémie a accéléré la présence des réseaux sociaux et divers développements technologiques. «Il y a un an, lorsqu’on parlait de Zoom, on pensait à une fonction d’optique en cinéma. Aujourd’hui, ce programme permet de tenir des événements « présentiels ». Je ne serai jamais assez reconnaissant des personnes qui travaillent au bureau de circonscription pour aider directement les résidents.»

Priorités 2021

D’entrée de jeu, le député conservateur mentionne avoir eu des discussions avec Rémy Vincent, élu récemment grand chef de la Nation huronne-wendat. «Il y a aussi tout le dossier de l’aéroport de Québec qui est aux prises avec de nouveaux défis. S’ajoute le projet Laurentia du Port de Québec pour lequel nous avons donné un accord de principe.»

@R:Le pont de Québec demeure également dans la mire du député fédéral. «On ne comprend toujours pas pourquoi le rapport Charest, déposé en mars, n’a pas été rendu public.» Il déplore que le gouvernement libéral n’ait pas répondu aux nombreuses demandes formulées par les premiers ministres canadiens pour interdire tout voyage par avion non essentiel.

Il ajoute que les parlementaires ont mis énormément de pression sur le gouvernement Trudeau pour l’obtention de vaccins contre la COVID-19. «On a posé 124 questions sur les tests de dépistage rapides de la Covid. Pourquoi les États-Unis en ont-ils accepté un en mars alors qu’ici, cela a été uniquement au mois de septembre?»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *