L'Actuel
09:40 22 octobre 2020 | mise à jour le: 22 octobre 2020 à 09:51 temps de lecture: 3 minutes

De bénévole à présidente

De bénévole à présidente
Julie Auger mise sur de nouveaux moyens technologiques pour joindre les membres durant la pandémie. /Photo Métro Média – Alain Couillard

Axe Lebourgneuf. Après avoir agi comme bénévole puis administratrice et vice-présidente en 2017 et 2018, Julie Auger est devenue présidente d’Axe Lebourgneuf l’année suivante. Bien entourée de collaborateurs, elle souhaite trouver des moyens pour épauler les entreprises à travers la pandémie qui bouleverse leurs habitudes d’affaires.

Julie Auger est devenue présidente d’Axe Lebourgneuf après avoir été administratrice pendant quelques années. /Photo Métro Média – Alain Couillard

La présidente raconte que c’est par hasard qu’elle s’est retrouvée liée à Axe Lebourgneuf. «À la suite de mon barreau, je me cherchais un stage et j’ai commencé chez Bouchard-Pagé-Tremblay. Il était impliqué dans la fondation de l’organisme.» Elle avoue avoir tellement aimé le dynamisme de ce nouveau regroupement de gens d’affaires qu’elle s’est impliquée davantage.

«On a l’idée de créer de petites cellules qui permettront de se parler virtuellement, d’échanger et de sortir de la solitude. Il faut tabler sur les goûts des membres.»
-Julie Auger

«C’était un endroit où je rencontrais des gens et j’y développais des liens personnels. Ça sortait du caractère purement professionnel. C’est ça qui m’a plu, avoir ce sentiment d’être en famille.» Julie Auger raconte que son implication comme administratrice remonte à 2013 après un congé de maternité.

Julie Auger a succédé à Daniel Giguère, directeur des affaires gouvernementales et réglementaires chez Innergex. /Photo gracieuseté

Elle rappelle que la pandémie a bouleversé les habitudes de vie d’un bon nombre de femmes et d’hommes d’affaires. Pendant que certains nagent dans l’incertitude financière, d’autres arrivent à peine à gérer leur croissance et à trouver du personnel. «Je souhaite ajouter des plateformes et des lieux d’échanges virtuels afin qu’il y ait plus de discussions. Je mise beaucoup sur le réseautage des membres qui peuvent aider d’autres gens d’affaires à traverser cette pandémie.»

Malgré la pandémie, Mme Auger croit qu’il faut trouver de nouvelles façons de communiquer. «Les gens d’affaires peuvent parler d’autres choses que du développement des affaires et des 5 à 7.» Parmi les conférences envisagées figurent les droits sur les ressources humaines et des conférences-formations. «Cela va permettre d’intéresser des gens qui n’ont pas le temps de venir nous rejoindre. Certaines personnes ont moins de facilité à connecter avec d’autres ce qui sera plus agréable pour elles par petit groupe.»

Toujours en mouvement

Misant principalement sur le sentiment d’appartenance, l’organisme crée et développe une synergie entre les membres provenant de divers milieux d’affaires. «Certaines personnes peuvent en aider d’autres, car il ne faut pas penser qu’on peut tout faire seul. Comme avocate, il faut que tu aies un bon réseau de contacts. Cela signifie t’impliquer dans ton milieu tant sur le plan personnel que professionnel.»

Parallèlement à ses choix, Mme Auger a été administratrice et secrétaire de SAGE mentorat d’affaires pendant trois ans. Mère de deux enfants âgés de cinq et huit ans, elle partage avec eux l’amour de la nature, un endroit qu’elle affectionne durant ses moments libres.

Le développement du secteur Lebourgneuf est continu, rappelle Julie Auger. /Photo Métro Média – Alain Couillard

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *