Communauté
13:53 12 juillet 2020 | mise à jour le: 7 juillet 2020 à 15:37 temps de lecture: 2 minutes

Deux productrices de ténébrions s’associent

Deux productrices de ténébrions s’associent
La génétique des ténébrions est suivie de près par Cynthia Faucher. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

SANTÉ. L’entomoculture demeure une entreprise en plein développement dans le secteur Duberger-Les Saules. Cynthia Faucher et Anita Légaré, qui élevaient à temps plein des ténébrions chacune de leur côté, ont décidé de s’associer.

Cynthia Faucher a commencé l’élevage d’insectes à Stoneham il y a trois ans. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

L’union fait la force, souligne Anita Légaré qui était installée au sous-sol de sa résidence à Loretteville. Quant à Cynthia Faucher, la décision de s’installer à Sainte-Marie-de-Beauce, avant son retour à Québec, était uniquement liée à la réglementation municipale qui permettait l’élevage d’insectes dans un local commercial.

«On a décidé de regrouper nos forces», précise Cynthia Faucher. Alors qu’Anita s’occupe de la préparation de nouvelles recettes, l’autre priorise la recherche et le développement de la compagnie. «On avait diminué l’élevage afin de déménager le moins d’insectes possible et le déménagement de Sainte-Marie-de-Beauce vers Québec s’est effectué vers la fin février.»

La COVID-19 a permis aux deux associées de remonter graduellement la production de ténébrions et de diversifier les produits offerts aux clients. «On vendait aux restaurants et tout a fermé en mars. On a dû s’organiser pour vendre au détail ce que nous ne faisions pas auparavant», précise Mme Légaré.

L’entreprise est présente au Grand Marché de Québec depuis peu de temps. Les deux associées envisagent éventuellement de proposer leurs produits via une plateforme de vente en ligne.

Anita Légaré a décidé de se lancer dans l’élevage d’insectes en 2016. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Raynald Langlois

    C’est dégueulasse qu’une telle production se fasse dans mon quartier. Je crois que je vais vomir.