Communauté
11:01 20 janvier 2020 | mise à jour le: 20 janvier 2020 à 11:41 temps de lecture: 3 minutes

Idylle entre Marilyn Monroe et James Dean

Idylle entre Marilyn Monroe et James Dean
Les livres qui ont servi de base à son second roman. (Photo gracieuseté)

LITTÉRATURE. Marilyn Monroe et James Dean, deux icônes du cinéma dans les années 1950, se rencontrent à New York et vivent en couple par la suite. C’est ce que raconte l’auteur de Vanier, Manon Labrie, dans son roman intitulé Marilyn et James.

@BV:L’auteure tient son autre roman Cœur de Lion et ses deux autres collaborations Portraits de Québec et Québec sous les 400 pas. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Le roman est basé sur des recherches que l’auteur a effectuées sur une période de deux ans, à compter de 2015. Il s’agit d’un mélange d’éléments biographiques auquel sont ajoutés des moments de fiction. «J’avais un intérêt pour ces deux acteurs bien avant ce projet-là. Cela m’a amené à lire davantage sur eux, car ils ne se sont jamais rencontrés réellement, mais cela aurait pu se produire en 1955.»

«Je joue beaucoup entre les éléments biographiques et j’ai voulu montrer d’autres facettes de ces deux personnages. Je suis persuadée qu’on parlera encore d’eux dans 50 ans.»
– Manon Labrie

Manon Labrie ajoute que James Dean, un inconnu qui a 24 ans, vient de tourner en 1955 son premier long métrage À l’est d’Éden qui lance sa carrière internationale. Il demeure à New York où il possède un petit studio tout en travaillant à Los Angeles. Pendant ce temps, Marilyn Monroe, qui a 29 ans, fuit Hollywood et vient se réfugier à New York où elle se perfectionne à l’Actors Studio.

«Ils auraient pu se rencontrer à l’avant-première du film À l’est d’Éden à New York. Marilyn accueillait les invités et distribuait les programmes, mais James Dean, fidèle à son côté rebelle, ne s’est pas présenté alors que tous les autres acteurs et réalisateurs y étaient. «Cela a été mon point de départ du roman. Qu’est-ce qui se serait produit s’ils s’étaient vus à cet événement-là?»

Fiction et réalité

Après avoir vu plusieurs des 30 films de l’actrice américaine, Manon Labrie reconnaît qu’un bon nombre de cinéphiles se souviennent de l’image de sexe-symbole de Marilyn. «Peu de gens savent qu’elle écrivait et qu’elle lisait beaucoup, qu’elle allait à l’université et qu’elle était forte et sensible à la fois. Elle voulait tant jouer des rôles dramatiques.»

Marilyn et James ouvre la porte à des scénarios qui sont divisés en trois périodes: 1955, 1956 et 1962. «Mon roman et écrit au «je» et c’est la voix de Marilyn que l’on perçoit dans la lecture. C’est un roman assez intimiste puisque ce sont ses pensées et ses réflexions.»

Quant à James Dean, la mort de sa mère alors qu’il n’a que 9 ans, dont il est très proche, lui donne cette urgence de vivre. «Il aimait les courses automobiles, la moto, lire et la littérature.»

Manon Labrie travaille sur un projet de conférences sur sa démarche d’écriture et ses sources d’inspiration avec des photos d’époque afin de montrer les autres facettes de ces deux personnages. D’ailleurs, l’acteur mort le 30 septembre 1955 ressuscitera en images de synthèse dans un film sur la guerre du Vietnam intitulé Finding Jack qui devrait sortir 11 novembre 2020.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *