Dans nos écoles
07:09 12 janvier 2020

Retour sur novembre 2019 – Zoothérapie efficace à l’école de la Myriade de Val-Bélair

Retour sur novembre 2019 – Zoothérapie efficace à l’école de la Myriade de Val-Bélair
Brian Couture, Zala Daigle, Jasmine Picard et Maïka Tanguay-Leclerc. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

NOVEMBRE. Une classe de 5e année de l’école primaire de la Myriade retient l’attention avec Bernadette, Bertha, Mousseline, Javotte et Rita qui sont dorlotées, choyées, entourées d’amour. Mais voilà, ces vedettes de classes sont des rates domestiques.

Les enseignantes Maude LeBlanc et Marie-Hélène Côté constatent que ces animaux amènent les élèves à être à l’écoute des autres. Elles ne sont pas laissées seules les fins de semaine puisque les élèves qui le souhaitent peuvent en apporter avec eux. Certains parents qui disent oui pour faire plaisir à leur enfant sont surpris par le calme de ces animaux et ils espèrent les ravoir d’autres fins de semaine.

Les enseignantes Maude LeBlanc et Marie-Hélène Côté. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Commentaires 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Suzette Perreault

    Belle initiative

  • Mélanie Gagnon

    Le jardinage et le contact avec des animaux ont fait leurs preuves. Les jeunes peuvent tellement apprendre au travers de ces contacts et pas juste des matières obligatoires. C’est leur permettre de se libérer quelques instants de cette pression d’être dans le cadre.

  • M. G

    En tant que parent et grand parent, je me pose de sérieuses questions quant à la santé des enfants.
    Nous savons très bien que les rats sont porteurs de maladies. Par l’urine et les excréments.
    La SÉCURITÉ des enfants est en danger.
    Je tiens à souligner que ma petite fille qui est allergique aux rats et qui a été en contact à dû être hospitaliser et sa vie a été menacée. En dépits que les dirigeants de l’école ont été mis au courant ainsi que la commission scolaire, rien ne change.
    Alors, je me demande s’il va falloir une tragédie pour que l’on prenne au sérieux la situation.