L'Actuel
11:53 8 décembre 2019 | mise à jour le: 11 décembre 2019 à 13:01

Fondation Le petit Blanchon – Un Noël magique pour 250 enfants défavorisés

Un rêve pour ces enfants invités par la Fondation Le petit Blanchon. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
Guy Boutin, la mascotte Blanchon, Louis Saint-Amant et Karine Giguère. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
Un endroit magique pour ces enfants. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
L'un des 100 bénévoles qui se sont mobilisés pour cet événement. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
Une activité canine était proposée aux enfants. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
Une activité canine était proposée aux enfants. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉVÉNEMENT. Deux cent cinquante enfants issues de familles défavorisées de la région ont vécu un moment mémorable le dimanche 8 décembre en recevant chacun un bon d’achat de 100$, provenant de la Fondation Le petit Blanchon, leur permettant d’acheter un ou des jouets tant rêvés chez Toys’R’Us aux Galeries de la Capitale.

Il fallait voir ces enfants tout sourire accompagnés de bénévoles, déambuler dans les allées à la recherche de jouets leur faisant envie. Pour Guy Boutin, président fondateur de la fondation et président de Trimco Gestion et Courtage Immobilier, cette activité permet de donner au suivant. «Tous ces enfants âgés de 6 à 12 ans nous sont recommandés par divers organismes de la région. Ils peuvent mettre dans leur panier ce qu’ils désirent ce matin. C’est d’ailleurs pour cette raison que les parents ne sont pas invités.»

Karine Giguère s’implique dans cette activité depuis 4 ans. «Ce qui est touchant de cet événement c’est qu’on est lié directement aux émotions des enfants et on la vit cette joie qu’ils ressentent.» Un bénévole passe près d’une heure avec chaque enfant. Louis St-Amand, avoue être émerveillé par cette joie ressentie.

Autres implications

Guy Boutin précise que la fondation, créée en 2011, héberge des enfants qui sont en difficulté par le biais de la Maison Le petit Blanchon (clientèle 3-8 ans) et du Phare du Blanchon (9-13 ans), des enfants polytraumatisés, ayant subi les pires sévices physiques et psychologiques, qui peuvent avoir la chance de reconstruite leur vie et espérer un avenir meilleur grâce au travail remarquable accompli des intervenants spécialisés. «L’une reçoit 14 enfants et l’autre en compte six. Nous sommes partenaires avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale.»

Deux activités permettent d’amasser annuellement entre 225 000$ et 300 000$ pour financer les activités et le salaire des 25 employés rattachés à l’hébergement des enfants. L’une est proposée à la Scène Lebourgneuf où un karaoké et des musiciens permettent à des personnalités publiques de chanter. L’autre, la soirée La Blanche et la Noire, est un événement musical, de spectacles et de danse, qui se déroule au Capitole de Québec.

«L’organisme est l’une des seules fondations où il n’y a aucuns frais de gestion ni de dépenses, puisque tout est payé par une société qui s’appelle Trinco Immobilier qui fournit le personnel de secrétariat et je m’y implique beaucoup», conclut M. Boutin.

Guy Boutin, la mascotte Blanchon, Louis Saint-Amant et Karine Giguère. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Lyse

    Excellent article M.Couillard!
    Je vous remercie de votre précieuse collaboration!