Communaute
10:51 21 octobre 2019

Consolidation des centres de traitement informatique – Éric Caire mise sur la sécurité des données

Consolidation des centres de traitement informatique – Éric Caire mise sur la sécurité des données
Éric Caire souligne que le gouvernement aura complété tout ce processus de regroupement des données d’ici trois ans. (Photo Métro Média – Archives)

SÉCURITÉ. Le député de La Peltrie et ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, souligne que le regroupement des 550 centres de traitement de l’information existants représente un défi monumental. Il affirme qu’il est légalement impossible de limiter au Québec les appels d’offres des services infonuagiques en raison des accords de libre-échange.

Le ministre délégué observe que le déploiement des réseaux informatiques partout dans le monde intéresse davantage de fraudeurs. «Le risque zéro n’existe pas puisque n’importe qui peut brancher une clé USB infectée par un virus. Je suis conscient des enjeux qui sont liés à la sécurité, à la protection des données et des renseignements personnels surtout avec ce qui s’est passé récemment avec certaines entreprises privées et l’agence du revenu du Québec.»

«On a été très sensibilisé à se protéger des menaces extérieures qu’on a oublié que celles internes existaient aussi.»
-Éric Caire

Souhaitant une transformation 100% numérique dans tous les autres bureaux de comté au Québec, Éric Caire assure que la catégorisation des données est au cœur de ses décisions. «Certaines sont très sensibles, d’autres sensibles ou pas du tout. Est-ce qu’on doit sauvegarder les données non sensibles dans un coffre-fort hyper sécurisé pour ensuite les publier sur un site public libre de droits où tout le monde fait ce qu’il veut avec, tel le site donneesquebec.ca?»

Il ajoute que l’autre étape consiste à établir le niveau de protection de ces données. «Les données très sensibles sont gérées par le gouvernement. Quant à celles jugées sensibles ou pas sensibles du tout, nous irons en appels d’offres en imposant des exigences spécifiques à la sécurité, le cryptage, la confidentialité et l’accessibilité des données.»

Au Québec d’abord

Pour réduire le risque que les données sensibles ou non soient acheminées vers des serveurs situés à l’extérieur du Québec, le gouvernement imposera un délai de réponse très court. «La tentation de les stocker en Californie est grande et ce n’est pas interdit, mais si le délai de réponse n’est pas respecté on pourra mettre fin au contrat. Par contre, nous pouvons exiger que les données soient entreposées dans un endroit où la législation les protège.»

Éric Caire veut s’assurer que le gouvernement aura la liberté de changer de fournisseur de services infonuagiques si le contrat est plus avantageux ailleurs. «Nous imposerons l’utilisation d’une interface de programmation d’application (API) qui servira de façade par laquelle un logiciel offre des services à d’autres logiciels. Cela permettra la mobilité de nos données entre les fournisseurs de services de stockage.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *