Communauté
10:08 6 septembre 2019

Étude sur les besoins du sud de Loretteville – La famille au cœur des propositions

Étude sur les besoins du sud de Loretteville – La famille au cœur des propositions
À l'exception du boulevard Johnny-Parent, l'absence de plusieurs trottoirs menant vers l'école de L'Aventure est noté dans l'étude. (Photo Métro Média - Alain Couillard)

FAMILLE. Une étude sur les besoins de résidents situés dans le quadrilatère des rues Johnny-Parent, Saint-Maurice, Légaré et de l’Hôpital, initiée à l’été 2018, cible des souhaits et quelques irritants de l’un des secteurs les plus vulnérables de Loretteville. Réalisé l’an dernier par Julia April Lapointe, intervenante et travailleuse autonome au Carrefour jeunesse-emploi Chauveau, le document a été déposé le mardi 3 septembre lors de l’assemblée publique du conseil de quartier de Loretteville.

Julia April Lapointe présentant aux élus du conseil de quartier. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Un total de 38 répondants, dont 32 représentants de familles, ont collaboré à cette étude qui identifie quelques points dont l’installation de jeux d’eau vient en tête de liste. «Créer des liens avec le voisinage est aussi mentionné. Les mères en congé de maternité à la maison ont parfois de la difficulté à trouver une place où aller, car il n’y a pas de café-rencontre à Loretteville», précise Mme April Lapointe qui ajoute que l’adaptation culturelle pour certains immigrants n’est pas toujours facile.

Les répondants du quartier souhaitent une plus grande entraide entre voisins et moins d’individualismes. Des parents demandent que certains parcs offrent des jeux pour les jeunes enfants alors que d’autres aimeraient la mise en place de dos d’âne sur la rue Louis-IX, ainsi que l’installation ou l’élargissement des trottoirs.

Parmi les irritants, on note la vitesse de certains véhicules automobiles principalement sur l’avenue Johnny-Parent. Sur ce point, le conseiller municipal Raymond Dion indique que cette avenue est importante et que la vitesse est limitée à 50 km à l’heure sauf dans la zone solaire qui est réduite à 30 km à l’heure durant certaines périodes. On déplore également l’absence de traverse piétonnière sur la rue Racine, devant la garderie, et aucun dans plusieurs secteurs pour les élèves se dirigeant vers l’école primaire. Le flânage et le cyclisme difficile sont aussi mentionnés.

Une bonne partie des répondants souhaite davantage d’aides familiales par du dépannage scolaire, du soutien parental ou du gardiennage. Des jeux d’eau et un meilleur usage des piscines publiques sont soulignés. Julia April Lapointe indique avoir déposé quelques demandes pour implanter un ou des parcs à chiens et installer des dos d’âne afin de réduire la vitesse sur certaines rues.

Projets

Une trousse pour inciter les jeunes à s’intéresser à la lecture a été proposée aux familles en parallèle de cette étude. «Il y avait 12 et mon but était d’aller en porter une dans une famille durant une semaine.» Chaque utilisateur devait s’inscrire à la bibliothèque afin de découvrir l’emplacement et éventuellement de s’y rendre régulièrement.

Julia April Lapointe aimerait l’ajout de croque-livres, soient des boîtes de partage de livres pour les enfants âgés de 12 ans et moins, dans certains parcs de Loretteville. On en dénombre en ce moment 25 sur le territoire de la Ville de Québec.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *