Communauté
08:11 4 août 2019

Maison des jeunes l’Escapade de Val-Bélair – Nouveaux services proposés aux 16-24 ans

Maison des jeunes l’Escapade de Val-Bélair – Nouveaux services proposés aux 16-24 ans
L’équipe de la Maison des jeunes l’Escapade de Val-Bélair (Photo gracieuseté)

SOCIÉTÉ. La Maison des jeunes l’Escapade de Val-Bélair innove et proposera des services adaptés à sa clientèle âgée de 16 à 24 ans, un soir par semaine, dès le mois de septembre.

La table de billard devient le point de rencontre de plusieurs membres de l’organisme. (Photo gracieuseté)

Voulant maintenir le plus longtemps possible le lien avec sa clientèle cible des 12-18 ans, l’organisme jeunesse, créé en 1985, souhaite élargir son offre des services adaptés aux 19-24 ans. «Beaucoup de nos jeunes arrêtent de fréquenter le milieu de vie à 16-17 ans parce que cela leur tente moins d’être avec ceux de 12-13 ans. L’autre facteur est lié au travail de parc/milieu. On rejoint beaucoup de 16-24 et les travailleurs de rue sont souvent débordés», précise Jean-François Bougie, coordonnateur de l’organisme de Val-Bélair.

S’ajoute un fort sentiment d’appartenance qui s’établit au fil des ans avec les travailleurs de milieu. «Lorsqu’un adolescent commence à fréquenter la maison des jeunes à 12 ans, il aimerait ça cheminer avec les gens avec qui il a développé des liens. Ça fait cinq ans qu’il parle aux mêmes personnes qui connaissent tout de sa vie. Ça ne lui tente pas de tout reprendre à zéro ailleurs.»

En plus d’offrir des rencontres hebdomadaires un soir par semaine (le mardi ou le mercredi), la clientèle des 16-24 ans pourra profiter de divers services, dont celui permettant de préparer un curriculum vitae. «Ces jeunes adultes ont aussi des besoins. Ils ont le désir de se retrouver entre plus vieux, le goût de jaser avec des intervenants ou simplement jouer une partie de billard tranquille.»

Présence dans son milieu

L’organisme de Val-Bélair a obtenu récemment un financement de la Direction de la santé publique (DSP) pour un projet de prévention en réduction des méfaits relativement à l’usage de cannabis et d’autres drogues.

Jean-François Bougie rappelle que plusieurs autres idées ont été réalisées par l’organisme depuis une dizaine d’années. Le travail de rue a été inauguré en 2011 et, en 2016, celui de parc/milieu a été instauré en collaboration avec la Ville de Québec incluant l’installation d’un spot à feu au parc de la Chanterelle.

Une partie des installations de l’organisme. (Photo gracieuseté)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *