Communauté
11:55 18 juin 2019

Observatoire astronomique de Val-Bélair – La voûte céleste à la portée de l’œil depuis 25 ans

Observatoire astronomique de Val-Bélair – La voûte céleste à la portée de l’œil depuis 25 ans
Jean-Marc Dion et Jean David. (Photo Métro Média - Alain Couillard)

ÉVÉNEMENT. Le club d’Astronomie de Val-Bélair, fondé en novembre 1994 par François Dion alors âgé de 15 ans, a célébré le samedi 18 mai son 25e anniversaire. Le club, qui ne comptait au début que sept membres, en dénombre aujourd’hui une cinquantaine avec une pointe de 100 en 2008.

Jacques Croteau a présidé le club au cours des 20 premières années. Il est à l’origine de la conception et de la construction de l’observatoire avec quelques membres (Photo gracieuseté)

L’actuel président de cette association locale qui est reconnue par Fédération des astronomes amateurs du Québec, Jean David, se souvient de ses débuts comme membre de ce club il y a une dizaine d’années. «Je me souviens que Jacques Croteau, alors président, s’est impliqué pendant une vingtaine d’années comme bénévole. C’est lui qui a fondé la Corporation d’astronomie de Val-Bélair qui a mené à la construction de l’observatoire en 2001.»

François Dion, l’un des sept membres fondateurs du club, parle d’une véritable révolution pour les amateurs d’astronomie à cette époque puisque l’observatoire de Val-Bélair devenait le premier, et il est toujours le seul, à permettre une observation de la voûte céleste à proximité de la ville de Québec. C’est à bout de bras qu’une trentaine de bénévoles se sont impliqués pour construire le bâtiment principal et le dôme. «Il n’était pas tellement efficace, car sa rotation horizontale se faisait manuellement.» Quant à sa mécanisation et à son automatisation, elles ont été réalisées en 2004.

L’observatoire astronomique de la Découverte à Val-Bélair, qui propose des soirées d’observation en utilisant un télescope permettant une orientation automatisée, est secondé par le club photo Sépia qui propose des conférences et des soirées d’information sur la photographie céleste. «Ces activités nous permettent de financer le fonctionnement de l’observatoire.» L’intérêt de la population est tel aujourd’hui, que le club espère pouvoir agrandir son local d’ici deux ans.

Naissance et projets

François Dion, fondateur du club d’astronomie Val-Bélair. Il est aujourd’hui professeur de philosophie au cégep Garneau. (Photo gracieuseté)

Jean-Marc Dion se souvient que son fils François souhaitait transmettre sa passion de l’astronomie en offrant des conférences à la bibliothèque de Val-Bélair. «On lui a plutôt suggéré de fonder un club d’astronomie et c’est qu’il a fait.» Les débuts du club n’ont pas été faciles. Ne disposant pas d’observatoire, Jean-Marc Dion précise qu’en 1995, Gabriel Forest, fondateur du club Mars de Lévis, avait accès à l’observatoire du Mont-Cosmos à St-Elzéard. «Il nous a proposé de nous occuper de faire des animations principalement durant les perséides.»

L’histoire du club de Val-Bélair a été marquée par plusieurs événements depuis sa fondation. Notons, entre autres, la visite de David H. Levy en 2008, un astronome et un écrivain scientifique montréalais rendu célèbre pour sa codécouverte de la comète Shoemaker-Levy 9, en 1993, qui est entrée en collision avec la planète Jupiter l’année suivante.

De plus, le 21 août 2017, l’éclipse solaire partielle a attiré plus de 150 personnes à l’observatoire. «Si la température le permet le vendredi 26 juillet, un groupe de jeunes du Patro Roc-Amadour viendra observer les taches et explosions solaires. On ne fait pas ça chaque année, car tout dépend des conditions météo», rappelle M. David.

Parmi les projets complétés, deux bénévoles du club, Roger Baillargeon et Benoît Roy, ont construit il y a quelques années une réplique du robot Rover Spirit qui a atterri sur mars le 4 janvier 2004.

Lors de la Fête des étoiles, durant la période des perséides en 2005, le club a présenté la réplique du robot. (Photo gracieuseté)
L’une des conférences proposées à l’observatoire. (Photo gracieuseté)