Communauté
11:12 14 avril 2019

Une première compétition internationale pour Amalia Alberton

Une première compétition internationale pour Amalia Alberton
Elle sera en compétition le 24 avril en forme individuelle, femmes junior 1e dan, face à 72 autres compétitrices. (Photo gracieuseté)

CHAMPIONNAT. Une jeune résidente de Val-Bélair, Amalia Alberton, participera à sa première compétition internationale de taekwondo qui se déroulera à l’aréna Eishalle Max Aicher, à Inzell en Allemagne (Haute-Bavière), 24 au 28 avril. Venant tout juste de célébrer ses 14 ans, elle est la plus jeune athlète sélectionnée de la fédération internationale de taekwondo du Canada inscrite à une compétition internationale.

L’adolescente, qui a débuté cette discipline sportive à sept ans, a connu une progression constante jusqu’à gagner une 2e place au championnat canadien de Taekwondo à Calgary en novembre 2018. En décembre, elle méritait sa ceinture noire 1er dan. Elle avoue être très fébrile à l’idée de faire partie de l’équipe nationale de taekwondo, composée de 64 personnes.

«Mon but c’est de passer mon 2e dan à 18 ans afin de pouvoir compétitionner dans la catégorie senior 2e dan. Le fait d’atteindre le niveau de ceinture noire a monté de plusieurs crans le niveau des compétitions.»
– Amalia Alberton

Inscrite d’abord au club de Loretteville puis à Trân Fusion de Sainte-Foy, l’adolescente a été invitée à s’inscrire à une sélection de la fédération internationale de taekwondo du Canada, en janvier, à Montréal. «On choisissait deux personnes par catégorie et j’ai été retenue en junior femme 14-17 ans.» Tout s’est bousculé depuis cette sélection pour elle et ses parents, Nathalie Gaudreau et Lorenzo Alberton.

En plus des donateurs qui la soutiennent financièrement, le club Rotary Québec–Val-Bélair lui a remis un montant de 500$, le vendredi 1er mars. Son programme d’entraînement est constitué de quatre cours de taekwondo par semaine auxquels s’ajoutent trois entraînements chacun variant de 90 à 150 minutes. Elle avoue avoir déjà connu une période où l’entraînement était plus difficile. «Plus jeune, j’oubliais plus facilement les formes (katas). J’ai dû apprendre à gérer le stress et faire des combats.» Amalia indique qu’elle est appuyée depuis des années par son coatch, Geneviève Desmarquis.

Projets

Inscrite à l’école Mont Saint-Sacrement, à Saint-Gabriel-de-Valcartier, Amalia Alberton parvient à concilier les études et ses activités sportives. «J’ai beaucoup d’autobus à faire le matin et le soir. Je fais souvent mes devoirs dans le bus, sur l’heure du midi et le soir entre mes périodes d’entraînement.

Son âge lui permettant de participer à trois championnats du monde avant d’avoir 18 ans, elle souhaite accentuer ses compétitions l’an prochain. «Il y aura la coupe du monde, en octobre 2020 et un autre championnat du monde en 2021.»

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Thérèse Beaudry

    Bravo Amélia, beau travail et bel exemple de persévérance. Bon séjour en Allemagne, bonne compétition, bien du plaisir.