L'Actuel
11:00 22 mars 2019

Vaincre le cancer – Amélie Villeneuve soutient la recherche

Vaincre le cancer – Amélie Villeneuve soutient la recherche
Tout son entourage est demeuré positif durant les traitements. (Photo gracieuseté)

PORTRAIT. Recevoir le diagnostic d’un lymphome de Burkitt en janvier 2013, un cancer du sang très agressif, relever les manches, mordre dans la vie, ne jamais penser mourir et vaincre la maladie: c’est exactement ce qu’a réalisé Amélie Villeneuve à 25 ans. La jeune femme du secteur Lebourgneuf participera à la 10e Marche illumine la nuit de Québec qui se déroulera le samedi 4 mai au parc du Bois de Coulonge.

Amélie Villeneuve quelques semaines après un retour au travail en 2016. (Photo Métro Média – Archives)

Une simple douleur au thorax l’a incité à visiter son médecin de famille et tout a rapidement déboulé. «Sincèrement, je filais super bien, mais mon état s’est très vite détérioré. J’ai dû avoir de la dialyse pour nettoyer mon sang. Ce type de cancer, qui touche généralement les jeunes enfants, se propage très rapidement.»

«Je viens d’atteindre le chiffre magique de cinq ans et j’ai terminé ma rémission.»
-Amélie Villeneuve

Hospitalisée à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus durant quatre mois, elle a reçu six traitements de chimiothérapie chacun étant d’une durée de trois semaines. «Je suis d’une famille très positive, mais il y a eu un moment où j’ai dit au médecin que j’en savais assez. Je ne voulais plus savoir ce qui en était de la maladie ni à quel stade j’étais rendue. Cela a été court, mais intense. Une fois sortie de l’hôpital, je n’avais pas de médication à prendre. J’ai repris des forces et cela a super bien été par la suite», précise-t-elle.

La jeune femme avait 25 ans lorsque le diagnostic est tombé (Photo gracieuseté)

Sa santé l’a obligée à mettre de côté ses études à l’Université Laval pendant un an. «J’ai trouvé le post-cancer plus difficile surtout pour une fille, le fait de ne plus avoir de cheveu.» Avec la recherche, rappelle Amélie Villeneuve, le nombre de personnes guéries d’un cancer est en progression chaque année. «Ma cousine, à 22 ans, est morte du même type de cancer que moi. Cela fait quand même 15 ans qu’elle est décédée. Si elle l’avait eu aujourd’hui, elle aurait survécu.»

Soutenir la recherche

Copropriétaire d’un restaurant de Québec, elle s’implique dans l’organisation d’activités afin de soutenir la Société de leucémie et lymphome du Canada (SLLC), un organisme de santé bénévole canadien qui se consacre au financement de la recherche sur tous les types de cancers du sang. «C’est une façon pour moi de redonner au suivant et d’offrir la même chance que j’ai eue à d’autres. C’est important de donner des sous pour la recherche, car il n’y a pas de test de dépistage pour le cancer du sang.»

Marie-Noëlle Roy, chef de secteur pour la SLLC, indique qu’une 4e activité de financement était organisée en novembre au Sésame Lebourgneuf, avec la collaboration de la Société et Amélie Villeneuve, a permis d’amasser 16 257 $. Quant à la 10e Marche illumine la nuit de Québec, elle sera coprésidée par Denis Ricard, président de l’Industrielle Alliance, et Richard Simard, associé chez Deloitte.

Infos : www.illuminelanuit.ca

Marie-Noëlle Roy, chef de secteur pour la SLLC, et Amélie Villeneuve (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *