L'Actuel
08:35 16 mars 2019

Éric Caire député de La Peltrie avant tout

Éric Caire député de La Peltrie avant tout
Pour Éric Caire, la plus importante tâche qui lui revient est celle de continuer à bien représenter les électeurs de La Peltrie. (Photo Métro Média – François Cattapan)

POLITIQUE. Chargé de nombreuses responsabilités, dont celle de ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire se dit d’abord reconnaissant d’avoir été élu pour une cinquième fois consécutive comme député provincial de La Peltrie. Pour lui, le service aux citoyens demeure sa priorité, car il se sent directement redevable envers ceux qui lui témoignent leur confiance depuis 2007.

Parmi tous ses titres, celui de député reste à ses yeux le plus glorieux et exigeant. «À travers mes tâches au sein du nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), je me fais un devoir de rester disponible et à l’écoute de mes électeurs. Si les gens n’ont plus la représentativité à laquelle je les ai habitués, ils vont s’en souvenir à la prochaine élection», déclare celui qui cumule les fonctions de député, de ministre, mais aussi de leader parlementaire adjoint et de vice-président du Conseil du trésor.

Sur le radar de ses préoccupations locales, il note la nécessité d’un rééquilibrage des services de santé du côté de L’Ancienne-Lorette, Val-Bélair et Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Les besoins sont admis au ministère de la Santé et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale est à pied d’œuvre pour recruter des médecins et bonifier l’offre de soins. L’élu local dit intensifier les démarches pour que les nécessités soient rapidement comblées.

Un autre dossier prioritaire est celui de l’éducation. «Nous avons une des plus fortes croissances de la natalité au pays, particulièrement du côté de Sainte-Catherine. Il est nécessaire de prévoir des agrandissements et même l’ajout de nouvelles écoles primaires. De plus, à moyen terme, il faudra envisager la possibilité de réaliser le parcours complet au secondaire dans la périphérie nord», évoque M. Caire en se basant sur la tendance évidente qu’annonce la courbe démographique.

Élu à cinq reprises consécutives depuis 2007, le député Caire cumule un bagage d’expérience parlementaire qu’il souhaite partager avec ses collègues de la CAQ. (Photo Métro Média – Archives)

Enfin, dans l’immédiat, le député de La Peltrie entend avoir à l’œil l’évolution du dossier du transport en commun dans la région de Québec. «Le nord de la ville est un peu l’enfant pauvre en la matière. Avec tout l’argent que le provincial va injecter dans le réseau structurant de transport collectif, il y a lieu d’être vigilant et d’exiger une meilleure desserte notamment par l’ajout de parcours express», soutient l’un des piliers du gouvernement Legault.

Mandat taillé sur mesure

Bien qu’il soit attaché à sa base électorale, Éric Caire ne se fait pas prier pour parler de sa responsabilité ministérielle. Il l’admet d’emblée, le poste de ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale s’avère taillé sur mesure pour un gars comme lui. Cet ancien consultant et professeur en informatique se sent comme un poisson dans l’eau dans cet univers qu’il connaît bien. C’est aussi ce qui lui permet d’apprécier l’ampleur du défi.

«Lorsque nous étions dans l’opposition, j’ai participé à une commission parlementaire sur l’intégration des technologies de l’information dans le fonctionnement du gouvernement. Le premier ministre François Legault m’a donné le mandat de mettre en application les conclusions du rapport qui a été rédigé. L’objectif vise à sortir de l’époque archaïque des fax pour entrer dans le présent. Les solutions sont là, elles existent avec nos ordinateurs, nos tablettes et nos téléphones intelligents. Il suffit de les utiliser», explique-t-il, tout en reconnaissant que le changement entraîne des réticences.

M. Caire est à peaufiner un plan numérique qu’il dévoilera bientôt pour faire entrer le gouvernement du Québec dans l’ère numérique. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Son intention consiste à mettre le gouvernement à l’heure du numérique, pour en tirer les bénéfices autant opérationnels qu’économiques. «Pour ce faire, il faut changer nos façons de faire en silo. Plutôt que d’avoir des bases de données pour chaque ministère, on doit privilégier une seule banque d’information qui servira le citoyen aussi bien en éducation, en santé ou en fiscalité, qu’en matière d’état civil. Cela introduit des enjeux de sécurité, d’authentification et d’identification des données», convient M. Caire.

Aura-t-il assez d’un terme pour y arriver? Rien n’est moins sûr, même s’il sent que le gros bon sens prédomine dans toutes les sphères de l’appareil étatique. Chose certaine, il entend mettre toutes les chances de succès de son côté en expliquant, en formant et en impliquant les employés de la fonction publique.

Expérience mise à profit

  • Aide et encadre ses collègues nouvellement élus à titre de leader parlementaire adjoint.
  • Approuve et contrôle les dépenses administratives à titre de vice-président du Conseil du trésor.

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *