Jeux du Québec
21:38 3 mars 2019

Complexe Jean-Paul-Nolin – Un public comblé par la boxe

Complexe Jean-Paul-Nolin – Un public comblé par la boxe
(Photo Métro Média – Alain Couillard)

COMPÉTITIONS. Le complexe Jean-Paul-Nolin accueillait aujourd’hui les demi-finales de boxe présentées dans le cadre des Jeux du Québec.

Une partie des officiels. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Ghislain Vaudreuil, responsable du club de boxe Pro-Am Limoilou, précise que l’organisation de cet événement sportif a débuté il y a un an. Soulignant que l’association locale, qui existe depuis 15 ans, a de l’expérience dans la préparation de galas, il ajoute que plusieurs rencontres ont été nécessaires avec des représentants des Jeux du Québec afin de s’assurer du respect des directives et des procédures exigées.

«Quoiqu’on en dise, la boxe, lorsque c’est fait de façon très rigide avec le respect des règlements c’est aussi valorisant que n’importe quel autre sport.»
-Ghislain Vaudreuil

(Photo Métro Média – Alain Couillard)

«En ce qui a trait à la boxe, il n’y a rien de différent, mais il fallait vérifier que nos bénévoles soient formés et informés de la façon de procéder afin que les représentants des jeux soient satisfaits.» Ghislain Vaudreuil affirme que la salle, qui est demeurée pratiquement toujours pleine pendant les combats préliminaires, donne une bonne indication sur l’assistance prévue lors des finales le lundi 4 mars. «La direction des Jeux du Québec ne s’attendait pas à avoir autant de demandes d’autobus de jeunes voulant assister aux combats de boxe.»

La boxe à Québec

On compte plusieurs clubs de boxe à Québec, dont un bon nombre sont privés, qui proposent des activités pratiquement tous les mois. «Nous présentons un gala par année.» Ghislain Vaudreuil, qui est lui-même entraîneur, parle des deux missions du club, l’une communautaire et l’autre sportive.

Invité à préciser cette première implication, il rappelle que cette activité est proposée à tous ceux et celles qui souhaitent s’entraîner sans égard de ce qu’est la personne. «C’est la politique des portes ouvertes. Si une personne n’a pas d’argent, on va s’occuper d’elle à l’intérieur de nos limites.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *