Économie
12:00 19 février 2019

Bijouterie à Saint-Émile – Faute de relève c’est la retraite

Bijouterie à Saint-Émile – Faute de relève c’est la retraite
(Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉCONOMIE. Après 23 ans comme joaillier et horloger, Ernest Voyer, de la bijouterie qui porte son nom à Saint-Émile, fermera sa boutique le 30 avril faute de relève. À 76 ans, il compte passer à autre chose.

Un travail qui demande de la minutie. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

C’est par hasard qu’il est arrivé dans ce métier qui demande de la patience et de la minutie sans compter les heures. D’abord embauché comme polisseur de chrome pour l’entreprise Garant et Thibault à Québec, il se retrouve chez W. R. Savard où il y demeurera pendant une vingtaine d’années.

«C’est un travail de minutie qui demande beaucoup de temps. C’est malheureux car Internet est en train de tuer le marché.»
-Ernest Voyer

Les contrats de polissages étant de moins en moins importants, c’est son employeur qui lui propose de découvrir l’horlogerie. «On m’a fait asseoir au banc et là, j’ai appris sur le tas», raconte en riant M. Voyer. «J’ai travaillé avec un gars de Québec, des Français et des Vietnamiens.» Se retrouvant sans revenu en 1975, il décide, un an plus tard, de se lancer en affaire à 51 ans.

Les deux complices de cette entreprise, Ernest et Lise Voyer. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Ernest Voyer se définit davantage comme joaillier qu’horloger. Toujours passionné par son travail, il conserve ce plaisir à réparer et à créer des bijoux. Souder de minuscules pièces demande une bonne vue et de la dextérité. Habitué à utiliser avec un chalumeau pour réparer les bijoux, il avoue qu’être plus jeune, il se serait équipé d’un appareil lui permettant de travailler au laser. Sans détour, il constate que l’arrivée des montres électroniques a eu un effet négatif sur les ventes.

Appuyé et secondé depuis le début par sa conjointe, Lise Voyer, le couple entend profiter du temps libre. «On a développé une complicité avec nos clients.» Elle croit d’ailleurs que c’est cet élément qui leur manquera le plus.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Lise Duquet

    Je souhaite une longue et belle retraite méritée à ce couple. Nous étions toujours bien accueillis à cette bijouterie. Malheureusement, la relève étant inexistante, cela laissera un grand vide! On se souviendra assurément de votre souci du travail bien fait. Félicitations pour tout le travail accompli et profitez des beaux moments qui s’annoncent dans cette nouvelle étape de votre vie.