Art De Vivre
16:00 11 décembre 2018

Sur la table des chefs de Québec aux Fêtes…

Sur la table des chefs de Québec aux Fêtes…
Patrick-James Russo, copropriétaire, Éric Ross Coudry, gérant et Mario Russo, copropriétaire et chef du Bistro Patrizio & Co. (Photo gracieuseté – Les Festifs)

Par Marilyn Préfontaine

Toute l’année, les fabuleux chefs de Québec nous mitonnent de délicieux repas. Mais pendant les Fêtes, que cuisinent-ils pour leurs familles? Nous avons rencontré cinq chefs d’ici qui nous partagent leurs traditions culinaires.

Mario Russo, Bistro Patrizio & Co
Chez les Russo, ce sont les pures traditions italiennes qui sont servies. «Le 24 au soir, c’est la soirée de fruits de mer. On commence avec des cocktails de crevettes, puis des calmars frits et des moules en entrée.» Viennent ensuite les pâtes à l’ail, tomates et palourdes. «Ensuite, on mange des crevettes papillon, de la morue et des langoustines.» Mario concocte le festin pour toute la famille en compagnie de sa mère. Le 25 décembre, c’est un menu complètement différent. «On commence avec des antipasti, ensuite on mange une lasagne, puis c’est de la viande, soit un rôti de veau ou un rosbif. Et des desserts de Noël maison!» Comme gourmandise, M. Russo cuisine entre autres le panzarotti, soit un chausson fait de pâte à pizza frite.

Alexandra Romero,Tapas & Liège

Alexandra Rosa, chef chez Tapas & Liège. (Photo gracieuseté – Tapas & Liège)

La chef originaire du Mexique sera au travail pendant le temps des Fêtes. «J’ai grandi au Mexique, mais j’ai une grand-mère 100% américaine, alors on a toujours inclus la tradition américaine à Noël. On avait deux fêtes.» Le premier repas était composé des classiques américains: dinde, sauce aux canneberges, gravy et petits pois. «Du côté de mon père, c’est traditionnel mexicain, on a un jambon rôti et un pozole. C’est une soupe-repas avec du porc et du maïs blanc traité à la chaux, des tomatillos dans le bouillon et des épices comme de l’anis et de la cannelle.» Sur la table des Rosa, on savoure aussi la mole, un plat typique mexicain qu’on retrouve dans toutes les festivités. «En dessert, on mange des buñuelos, soit une pâte très mince qu’on frit et badigeonne de mélasse. Et des churros, c’est sûr!»

Nikolas Couture, Louise Taverne & Bar à Vin

Nikolas Couture, chef chez Louise Taverne & Bar à Vin. (Photo gracieuseté – Louise Taverne & Bar à Vin)

Nikolas Couture est lui aussi aux fourneaux du restaurant pendant le temps des Fêtes. «Nous sommes situés dans un hôtel ainsi que dans un quartier touristique. Je prendrai cependant le 24 pour réveillonner avec ma femme, mon fils et ma famille». Le chef en profitera pour se laisser gâter et déguster les spécialités de sa mère. Depuis qu’il est petit, il mange toujours un six-pâtes avec plusieurs sortes de viandes à l’intérieur. «J’apporterai bien sûr quelques fromages, terrines et notre torchon de foie gras du restaurant.»

Kim Colonna, Petits Creux Corsica Origina

Kim Colonna et Marie-Pierre Tomasi, propriétaires de Petits Creux Corsica Origina. (Photo gracieuseté – Petits Creux Corsica Origina)

«Étant donné que nous sommes loin de nos familles et que nous travaillons, ça sera du foie gras, des charcuteries et du fromage pour le 24 au soir avec les enfants. Le 25 pour midi, ce sera cabri rôti et patates au four. Rien de compliqué, juste des bons produits. L’important est d’être ensemble!» En Corse, les plats traditionnels des Fêtes sont le cabri (chevreau), la dinde farcie, l’agneau, la pulenda (farine de châtaigne) et le figatellu grillé au feu de bois (saucisse d’abats typique).

David Forbes, Ciel!

David Forbes, chef au restaurant Ciel! (Photo gracieuseté – Les Festifs)

S’il arrive à cuisiner pour les siens pendant le temps des Fêtes, le chef du bistro tournant Ciel! est toutefois bien occupé pendant cette période puisque le restaurant sert plus de 10 000 clients en deux semaines. «Je vais sûrement faire une dinde noire des Viandes biologiques de Charlevoix, elles sont tellement bonnes et il y en a seulement deux fois par année.» Sinon, il prévoit assurément cuisiner une lasagne de 20 étages, du bar rayé sauvage et du lièvre. «Pour moi, Noël c’était le ragoût de boulettes de ma grand-mère et année après année on s’amusait à le noter. Bien sûr les assiettes de crudités et marinades du jardin.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *