La Cité–Limoilou
14:09 25 mai 2022 | mise à jour le: 25 mai 2022 à 16:29 Temps de lecture: 3 minutes

Un plan d’action en préparation pour la qualité de vie dans le Vieux-Québec

Un plan d’action en préparation pour la qualité de vie dans le Vieux-Québec
Photo: Benjamin Aubert/Métro

Inquiet de l’exode des citoyens du Vieux-Québec vers l’extérieur des murs, la Ville de Québec lance la préparation d’un plan d’action afin d’améliorer la qualité de vie des résidents du quartier. En plus d’appuyer la Table de concertation du Vieux-Québec en y assignant une représentante de la ville, l’administration rend public un rapport produit en 2018 concernant le confort et la sécurité des piétons dans le secteur.

« Pour nous, la qualité de vie, ce que ça veut dire, c’est l’accessibilité, une diversité d’activités, la présence de commerces et services de proximité, un lieu où on se sent en sécurité, où il y a des espaces publics de qualités et où on peut tisser des liens », a expliqué Mélissa Coulombe-Leduc, conseillère municipale du district du Cap-aux-Diamants et membre du comité exécutif.

Qualifiant les travaux menant à cet éventuel plan d’action de « première étape », Mme Coulombe-Leduc souhaite voir les impacts de celui-ci et voir la tendance être inversée « dans un premier mandat ». Notons que la Table avait adopté un plan d’action en ce sens en 2016, celui-ci visait à augmenter de 500 le nombre de résidents permanents d’ici 2021. Les données du plus récent recensement de Statistiques Canada seront disponibles plus tard cette année.

Réorientation du mandat de la table

Ainsi, Québec maintiendra la Table de concertation du Vieux-Québec. Son objectif sera toutefois recentré afin de «revoir les façons de faire» de la Ville. «Il y a une trentaine d’acteurs pertinents au Vieux-Québec qui sont réunis à cette table là. Après avoir sondé les membres passés et actuels, leur objectif sera maintenant basé sur l’idée d’améliorer de manière signification la qualité vie des résidents», explique la conseillère municipale.

La directrice intérimaire du Service de la culture et du patrimoine, Renée Desormeaux deviendra également un point de chute pour tous les dossiers relatifs à cet enjeu au sein de l’administration municipale. Elle aura également un rôle direct au sein de la Table.

L’habitation et la mobilité prioritaire

Au cours des travaux qui mèneront à l’élaboration du plan d’action, la Ville concentrera ses efforts sur les enjeux d’habitation et de mobilité au sein du quartier. «De 2006 à 2016, le nombre de ménage dans le quartier a diminué de 4,9% alors que près de 28% des logements du Vieux-Québec ne sont pas habités par des résidents qui y sont de manière permanente», indique Mme Coulombe-Leduc tout en signifiant qu’il s’agit du plus haut taux parmi les différents quartiers de la capitale. Pas question toutefois de pointer uniquement les logements locatifs du type AirBnB pour expliquer la situation, dit-elle en citant notamment en exemple les travailleurs parlementaires qui ont un pied à terre à Québec.

Quant à la mobilité, la Ville souhaite échanger avec la population et «faire cheminer la réflexion» en rendant public le Plan d’intervention pour le confort et la sécurité des piétons et cyclistes dans le Vieux-Québec produit en 2018, mais jamais dévoilé. L’administration sondera aussi les résidents concernant le stationnement dans le secteur. «C’est un enjeu dont j’entendais beaucoup parler en campagne électorale. Ce n’est pas seulement concernant les cases de stationnement, mais aussi à propos des débarcadères où il n’y a pas de trottoirs… et c’est complexe parce que ça bloque la rue», précise Mélissa Coulombe-Leduc.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.