Politique
21:57 27 juillet 2009 | mise à jour le: 27 juillet 2009 à 21:57 temps de lecture: 3 minutes

Le secteur Pointe-aux-Lièvres : «La priorité de l’arrondissement»

La Pointe-aux-Lièvres, qui s’avance dans la rivière Saint-Charles, près du pont Drouin et de la fin de l’autoroute Laurentienne, sera réaménagée. Un parc y verra le jour dès le mois d’août, selon le conseiller du district des Faubourgs, Pierre Maheux. C’est que des citoyens se plaignent depuis quelque temps de la circulation de camions lourds et des problèmes de bruit dû à la chaussée endommagée.

Pour le conseiller Maheux, il est certain que «la rue Pointe-aux-Lièvres est maganée». Des terrains appartenant à la ville ont d’ailleurs fait office de «dump à terre» pendant la réfection des berges de la rivière Saint-Charles. Des vestiges de cette époque pas si lointaine sont encore bien présents.

Mais ces terrains de la ville abriteront bientôt un parc, une première étape pour la revitalisation de ce quartier qui en a bien besoin. Le stationnement est déjà fait, et les alentours gazonnés.

Ce qui donne d’ailleurs droit à une scène étrange où terrains chaotiques voisinent un gazon verdoyant, où trottoirs larges et neufs se rattachent à des sentiers d’asphalte cahoteux où abondent les mauvaises herbes. Des installations qu’on aurait dit conçues pour des borgnes : un côté joli, l’autre affreux.
«Ça va débloquer bientôt», souligne quant à elle la présidente de l’arrondissement La Cité, Louise Lapointe. «À l’arrondissement, les élus ont priorisé la Pointe-aux-Lièvres.»

Le conseiller Pierre Maheux a de son côté confié que les travaux d’aménagement devaient se faire l’an passé. L’incertitude dans ce dossier vient des «annonces contradictoires du maire», ajoute-t-il. Certains terrains doivent aussi être décontaminés, ce qui risque de prolonger les travaux.

Pour ce qui est de la rue, on se contente pour l’instant de faire des interventions ponctuelles en bouchant les trous. La réfection complète de la chaussée devrait être faite dans trois ou quatre ans.

Un mélange d’industries et de résidences

Le problème de la présence de camions demeurera, toutefois. Au moins pour quelques années. Les petites industries installées à cet endroit ont des droits acquis.
«Il est probable que la ville exproprie ces industries. Ça fait partie des scénarios», a laissé entendre le conseiller. Cette alternative de dernier recours n’est pas pour demain, par contre.
Selon un résident de la rue Pointe-aux-Lièvres, Cédric Welti, une pétition regroupant 160 noms de citoyens du secteur aurait été signée et livrée aux élus afin d’accélérer la revitalisation du quartier.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *