Économie
19:24 6 novembre 2009 | mise à jour le: 6 novembre 2009 à 19:24 Temps de lecture: 2 minutes

Saint-Sacrement possède maintenant son lieu de rassemblement

Les citoyens du secteur de Saint-Sacrement ont maintenant accès à une salle polyvalente fraîchement construite. L’inauguration a eu lieu cet avant-midi en présence de toute l’équipe ayant mis la main à la roue.

Le Pavillon Saint-Sacrement, d’une valeur de 1,9 M$, possède une superficie de 5800 pieds carrés. Le bâtiment, attendu depuis 2001, est adapté au besoin de la communauté. La Ville a doté le nouvel immeuble de boiseries et de grandes fenêtres, en plus d’une couverture verte. Une partie du toit est recouvert de plantes permettant ainsi de diminuer les coûts de chauffage et de climatisation.

Au départ prévu sous l’actuel chalet du Centre de loisirs Saint-Sacrement, le pavillon a finalement été aménagé au mur mitoyen de l’édifice existant, créant ainsi une hausse des investissements et du même coup un délai de construction. «Le résultat final est très loin du projet de départ. Le pavillon est moderne, il possède un toit végétal et on peut accueillir près de 250 personnes», justifie le conseiller du district Saint-Sacrement-Belvédère, Yvon Bussières.

En plus d’une salle communautaire, l’immeuble dispose d’une cuisine, d’espaces de rangement, d’un accès pour les personnes à mobilité réduite et d’un hall pouvant accueillir de futures expositions. «On n’avait pas de bâtiment pour des réceptions, on souhaite grâce à cet ajout faire renaître le sentiment d’appartenance», déclare le conseiller ayant perdu deux équipements communautaires ces dernières années, le YMCA et le Centre de loisirs de Saint-Sacrement, rue Garnier. Signe que le milieu s’est pris charge, Yvon Bussières a souligné le travail d’équipe accompli entre la Ville et la collectivité.
À court terme, le Centre de loisirs de Saint-Sacrement souhaite attirer les résidents de plus de 50 ans afin de mettre à nouveau sur pied des ligues de pétanque et de bridge autrefois délaissées par manque d’espace. «Notre force c’est la jeunesse, maintenant on passe à l’autre extrémité. Il y a du potentiel. On est le deuxième quartier le plus âgé au Canada.», annonce le directeur du Centre, Martin Dumas. L’équipe vise l’ajout de deux activités par année.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *