Culture
13:52 24 janvier 2019

Lascaux: de l’ombre à la lumière

Lascaux: de l’ombre à la lumière
Photo: (Photo gracieuseté)

Esprit critique

THÉÂTRE. La pièce de théâtre Lascaux, présentée au Périscope jusqu’au 2 février, plonge les spectateurs dans une grotte sombre et inquiétante où les performances des comédiens se mêlent au jeu d’ombres et de marionnettes.

L’histoire est celle de Madeleine, tombée dans la grotte alors qu’elle fuyait un monde de terreur et de guerre, et de sa relation avec son enfant, prénommé Lascaux, dont elle accouche sous la terre. Alors que sa situation lui semblait sans issue et qu’elle aurait souhaité en finir, sa relation avec son futur enfant la maintient en vie. Comment transmettre avec si peu? Dans Lascaux, c’est l’espoir et le lien humain qui renaissent de la noirceur.

Dans la pièce, la poésie est autant dans la métaphore (la terre, représentée par une tortue en jeu d’ombre, et la voix à la fois suave et immuable), que dans la musique et les mots choisis.

Acteurs solides

L’actrice jouant Madeleine, Marjorie Vaillancourt, est stupéfiante de réalisme dans son lien avec son enfant et avec la vie, transformée par la maternité. Du désir d’anéantissement après être tombée dans la caverne, c’est finalement la vie qui l’emporte sur toute la ligne, grâce à la venue au monde de son enfant dont elle ne se savait pas d’abord enceinte.

Le jeu de Jules Ronfard, jouant Lascaux jeune par la marionnette, puis plus grand en chair et en os, est à couper le souffle. Sachant totalement donner corps et vie à son personnage de marionnette et faisant à la fois rire et pleurer (des larmes ont été versées à un moment particulièrement émouvant mais on ne vous dévoile pas le punch, le comédien est à la fois capable de la plus innocente puérilité et d’un jeu beaucoup plus mature.

Éva Daigle joue quant à elle la tortue Dordogne (comme la région dans laquelle se trouve la véritable grotte de Lascaux). La comédienne d’expérience rassure les spectateurs de sa bienveillance avec sa voix off chaude.

En conclusion, Lascaux remet l’humain en perspective dans son rapport aux éléments, dans sa solitude et sa dépendance aux autres humains.

Le jeune Lascaux survivra-t-il à sa mère? Parviendra-t-il à rejoindre le monde des hommes au-dessus de lui?

Il faudra aller voir la pièce pour le savoir.

La pièce est une production du Théâtre Bouches Décousues et du Théâtre Pupulus Mordicus. Elle est présentée au Théâtre Périscope jusqu’au 2 février.

En quelques mots

-Public: Adulte

-Les + : La musique (Christophe Papadimitriou), les moments drôles et touchants, la lumière qui en ressort, la marionnette.

-Les – : La durée des tableaux est parfois courte pour en profiter, la pénombre, qui même si elle est inévitable pour servir le scénario, ne laisse pas distinguer tous les détails si on n’a pas des yeux de lynx et qu’on n’a pas de place au premier rang.

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *