Société
19:57 25 janvier 2016 | mise à jour le: 25 janvier 2016 à 19:57 temps de lecture: 3 minutes

1,25M$ pour améliorer les soins en santé mentale chez les jeunes

SANTÉ MENTALE. Bell Cause pour la cause et la Fondation de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec ont remis respectivement des dons de 1M$ et de 250 000$, lundi dernier, à la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec pour soutenir un programme de recherche de pointe sur la détection précoce de vulnérabilités à développer une maladie mentale chez les jeunes issus de familles ayant des antécédents avec ce problème.

Grâce à cette aide financière qualifiée d’historique, les chercheurs, les cliniciens et la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale pourront unir leur expertise afin d’intervenir précocement auprès des jeunes à haut risque de maladies du cerveau comme la schizophrénie, la maladie bipolaire et la dépression majeure récidivante.

Selon de récentes statistiques, il y a approximativement dans la région de la Capitale plus de 12 000 enfants nés d’un parent souffrant d’une maladie psychiatrique majeure. Ces enfants présentent un risque de 15 à 20 fois supérieur aux jeunes sans histoire familiale de développer à l’âge adulte une maladie du même spectre que leur parent, et plus de la moitié d’entre eux souffrent, dès l’enfance, de problèmes de développement ou comportementaux qui nécessitent une consultation.

Un premier test biologique mondial

Reconnu comme leader national et mondial à l’interface de la neuroscience et de la santé mentale, le Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale du CIUSSS de la Capitale‐Nationale utilise de nouvelles technologies, telles que l’électrorétinographie, pour déterminer les facteurs de risque de développer une maladie ou un trouble mental. Il s’agira du premier test biologique mondial qui permettra la prévention et l’intervention précoce afin de réduire les effets de la maladie, d’en retarder le début ou d’en prévenir l’apparition.

Cet important appui monétaire permettra de financer le projet novateur de transformation organisationnelle Horizon Parent‐enfant (HoPe) dédié à l’amélioration du dépistage, de l’accessibilité et de la continuité des services de première et deuxième lignes auprès des enfants et adolescents. Tout sera mis en place pour briser les silos et décloisonner les services généraux et spécialisés, les services adultes et infantiles, ainsi que les services cliniques et la gestion.

L’objectif ultime vise de connaître et d’être en contact avec les 12 000 jeunes ciblés d’ici quelques années. Selon des données récentes, moins d’un enfant sur quatre reçoit actuellement les soins requis en santé mentale.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *