Société
14:47 30 septembre 2016 | mise à jour le: 30 septembre 2016 à 14:47 temps de lecture: 3 minutes

Un «comité d’accueil» pour les croisiéristes

MANIFESTATION. Des travailleurs du milieu communautaire se sont réunis tôt vendredi au terminal des croisières de Québec pour réclamer que le gouvernement mette fin à l’évasion fiscale et qu’il réinvestisse dans les services communautaires.

Une centaine de personnes ont ainsi formé un «comité d’accueil» aux croisiéristes. Alors que leur programme prévoyait de marcher dans les rues du Vieux-Québec, les policiers les ont plutôt confinés à leur lieu de rassemblement du Vieux-Port, ce qui a eu l’heur de frustrer les manifestants.

Invitant le maire de Québec à «rappeler les services de police à l’ordre et [à] faire respecter le droit de manifester à Québec», la porte-parole du mouvement, Vicky Brazeau, a qualifié de révoltante l’interdiction de circuler sur la voie publique émise par le Service de police de Québec. «Le règlement de la Ville de Québec a été respecté à la lettre, l’itinéraire a été remis avant le début de la manifestation», a-t-elle plaidé.

«L’envers du décor»

Trois regroupements représentant une centaine d’organismes de la région manifestaient vendredi pour montrer «l’arrière-scène du paysage au Québec, dont tous les impacts de l’austérité des dernières années» aux touristes qui débarquaient au terminal de croisières.

Sur le terrain, la réalité est bien loin d’un séjour de plaisance, a fait valoir Johanne Boutet du Centre d’entraide émotion: «Les gens nous arrivent de plus en plus en situation de crise. On ne se le cachera pas, les coupures actuelles dans le réseau public de la santé, c’est des vies humaines qui sont en jeu. On est rendus là, nous, en santé mentale. Ce qu’on voit c’est des gens qui de passent la corde autour du cou pour avoir des services», témoigne-t-elle, en évoquant de longs délais pour une référence en santé mentale dans le réseau public.

«Il y a beaucoup d’argent qui se perd [dans les paradis fiscaux] et le manque d’argent est souvent évoqué pour l’austérité, pour couper dans les services publics», a poursuivi Marielle Bouchard de la Rose du Nord, un organisme qui œuvre auprès des femmes sans emploi, pour rappeler le choix du lieu de rassemblement.

Des dépliants sous forme d’une carte montrant les «impacts de l’austérité» ont été distribués aux touristes. L’une d’entre elles rencontrée sur place s’était en revanche méprise avec une véritable carte touristique. Un autre duo de voyageuses se disait furieux du brouhaha causé par la manifestation.

Le collectif d’organismes a promis d’autres actions au cours de l’automne.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *