Société
20:30 27 septembre 2016 | mise à jour le: 27 septembre 2016 à 20:30 temps de lecture: 3 minutes

Les réfugiés profitent d’une clinique médicale plus pratique à Québec

SANTÉ. Avec des besoins accrus en raison du plus grand afflux d’immigrants au pays, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale vient de procéder au déménagement de sa Clinique santé des réfugiés à l’Hôpital Jeffery-Hale. Autrefois située au CLSC de Sainte-Foy – Sillery, ce service d’aide de première ligne profite de locaux plus vastes, mieux équipés et plus accessibles.

Selon la responsable, Nathalie Beaulieu, la Clinique santé des réfugiés est bien établie dans la communauté après 10 ans d’existence. Composée d’une douzaine de personnes, l’équipe régulière peut compter sur des experts bilingues, dont des médecins, des professionnels, notamment en nutrition et psychothérapie, des infirmières, une travailleuse sociale et un employé administratif. Des traducteurs et interprètes externes sont également mis à contribution.

«Désormais, les réfugiés peuvent se rendre à un seul endroit pour dresser leur bilan de santé, recevoir leurs vaccins, faire leurs prélèvements, passer une radiographie ou se présenter à l’urgence. Ils profitent également du personnel multidisciplinaire de l’hôpital pour différents services complémentaires», indique Mme Bonneau, ajoutant que la clinique se trouve plus près du Centre multiethnique et du Centre de francisation, en plus d’être mieux desservie par le transport en commun.

Arrivé à Québec depuis quelques mois avec sa conjointe et ses six enfants, Émile Kpan ne tarit pas d’éloges envers le système de santé dont il peut profiter dans son pays d’accueil. Le bénéficiaire originaire de la Côte-d’Ivoire a passé 13 ans dans des camps de fortune, où il a vu des gens mourir de maladie bénigne faute de médicaments. «Ici, on se présente et on diagnostique rapidement ce qui ne va pas, avant de nous envoyer à la pharmacie pour obtenir les remèdes», s’extasie l’homme en quête d’emploi.

Cheminements variés

Présente pour expliquer le fonctionnement de la Clinique santé des réfugiés, la Dr Suzanne Gagnon a précisé que l’état dans lequel les nouveaux patients arrivent varie en fonction de la trajectoire migratoire vécue. «Certains arrivent après avoir survécu dans les camps de réfugiés pendant plus de 20 ans. Donc, note-t-elle, les carences sont nombreuses et concernent parfois la santé mentale, la santé physique ou la malnutrition et parfois tous ces éléments à la fois.»

Dans la dernière année, la Clinique santé des réfugiés a accueilli 590 réfugiés. Cela représente près de 250 réfugiés de plus que l’année précédente. Pour l’année 2016-17, le CIUSSS Capitale prévoit l’ajout d’environ 450 réfugiés. Le budget du service d’aide avoisine les 500 000$ par an.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *