Société
22:08 2 août 2014 | mise à jour le: 2 août 2014 à 22:08 temps de lecture: 2 minutes

Journée d’action contre les poussières toxiques au Port de Québec

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE. Poursuivant sa croisade contre les poussières toxiques émanant du Port de Québec, le député néo-démocrate de Beauport-Limoilou, Raymond Côté, a tenu le 2 août une journée d’action pour inciter la population à s’impliquer dans ce dossier et pour interpeler le gouvernement conservateur sur cette situation qui perdure.

Une quinzaine de citoyens conscientisés, sensibilisés ou touchés par la poussière de nickel et sur ses effets sur la santé ont répondu à l’invitation en participant à l’une ou l’autre des séances de porte-à-porte en compagnie de Raymond Côté et des membres de son entourage politique. En plus d’informer les résidents du Vieux-Limoilou de la situation, ils les ont invités à signer la pétition exigeant des actions de la part du gouvernement du Canada auprès du Port de Québec.

Cette pétition fait suite à celle déjà déposée par Raymond Côté à la Chambre des communes à l’automne dernier, qui comptait 289 signatures. Le député estime qu’un nombre plus élevé de signatures aura pour effet de mettre de la pression sur le ministère des Transports pour qu’il intervienne auprès des administrations portuaires. «On offre aux gens de m’aider, de s’aider, en fait, en signant la pétition», a-t-il signifié avant le début de la deuxième séance de porte-à-porte.

Sur un total d’environ 300 portes en matinée, la majorité des gens se disaient inquiets par les poussières toxiques, a rapporté le néo-démocrate en rappelant que la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale avait confirmé en 2013 que la présence de nickel dans l’air pouvait avoir des répercussions sur la santé d’une partie de la population plus sensible à cette exposition. Or, un an plus tard, des citoyens affirment être encore témoins d’épisodes de poussière, d’où l’urgence d’agir selon Raymond Côté.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Raymond Côté a pu compter sur la participation d’une quinzaine de citoyens pour ses deux séances de porte-à-porte visant à faire le suivi dans le dossier des poussières toxiques à Limoilou. (Photo TC Media – Viviane Asselin)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *