Société
13:27 25 janvier 2014 | mise à jour le: 25 janvier 2014 à 13:27 temps de lecture: 3 minutes

À deux dans une bulle

Un lieu inusité, un seul soir, une expérience culinaire et sensorielle unique, voilà ce que propose la foodista, Héloïse Leclerc, avec son concept de resto-bulle. Et pour sa deuxième bulle, elle investira, le 15 février, les locaux du Morrin Centre où les couples vivront une soirée de Saint-Valentin hors du commun.

À l’image des restaurants «pop-up», des restaurants temporaires illégaux où des gourmands se retrouvent pour vivre une expérience culinaire unique, la foodista en mission, Héloïse Leclerc, réinterprète ce concept en offrant, de façon légale, un évènement se déroulant dans un lieu non conventionnel. Elle a alors développé le néologisme «resto-bulle». Il s’agit d’un évènement «éphémère qui pétille. La bulle est un espace contenu comme protégé par une délicate membrane. Et à chaque évènement, on chercher à créer une bulle où lorsque les gens entrent dans cet espace-là, ils vont être complètement imprégnés de l’expérience. Ce qui compte, ce n’est pas juste ce que l’on met dans l’assiette, mais aussi les effets de mise en scène. C’est une expérience de tous les sens incluant le sens de l’humour», prévient-elle.

Après le Studio 2 de la caserne Ex Machina, la jeune femme a jeté son dévolu sur le Morrin Centre. «Nous avons été séduits par l’idée du restaurant clandestin et par l’idée de créer un évènement unique, qui ne se reproduira pas. Elle s’inspire des lieux pour créer son repas», confie Élisabeth Perreault, directrice de la programmation et des communications du Morrin Centre.

Le 15 février prochain, sous le thème de l’amour courtois, les 26 convives dégusteront un menu gastronomique sept services, dont les accords mets et vins seront conseillés par Dominique Sanschagrin (Tastevino), prix du meilleur blogue canadien dans la catégorie Vin-Spiritueux aux MiB Awards. «C’est une manière de célébrer la Saint-Valentin d’une façon non conventionnelle», souligne la chef, diplômée du Pacific Institute of Culinary Arts, à Vancouver.

Histoire de garder le «punch» de la soirée, Héloïse Leclerc ne dira rien de la pièce qui accueillera la soirée. En ce qui concerne le menu, elle accepte de donner quelques détails : «on s’est inspiré de l’amour courtois, qui est une version médiévale du rapport homme femme. Cela nous situe dans une certaine époque avec donc un certain registre culinaire. Nous allons explorer les épices aphrodisiaques ainsi que les aliments qui évoquent l’amour comme tout ce qui est floral.»

Autres révélations : six artistes interviendront à différents moments du repas pour jouer différents rôles; une installation vivante comestible sera présentée aux convives et un tour de magie sera réalisé au moment du dessert. La mise en scène comportera des éléments d’érotisme et de nudité partielle, la soirée est donc exclusivement réservée aux couples âgés de 18 ans et plus.

Tarif : 318 $ par couple, plus des frais de transaction. Il n’y a actuellement plus de place disponible. Une liste d’attente a été créée en cas de désistement sur Eventbrite. Informations au www.foodistaenmission.com.

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

La chef, Héloïse Leclerc, organise son 2e resto-bulle, le 15 février prochain au Morrin Centre.

(Photo Isabelle Le Maléfan)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *