Société
17:52 16 juin 2014 | mise à jour le: 16 juin 2014 à 17:52 Temps de lecture: 2 minutes

250 ans de presse anglophone dans un milieu francophone

JOURNAL – Une plaque commémorative soulignant le 250e anniversaire de la presse anglophone à Québec vient d’être dévoilée au 1, rue du Trésor. Retour sur cet évènement et l’histoire du Quebec Chronicle-Telegraph.

«C’est une grande journée après 250 ans d’existence d’un journal anglais dans la ville de Québec. C’est incroyable. Pour nous, cette plaque est un grand honneur», confie avec émotion Shirley Nadeau, journaliste-rédactrice au Quebec Chronicle-Telegraph.

Cette plaque commémorative est apposée sur le mur de l’édifice situé au 1, rue du Trésor. Cet hommage à la presse anglophone rappelle que l’édifice a été conçu en 1907 par l’architecte Georges-Émile Tanguay pour y loger le Daily Telegraph puis le Chronicle-Telegraph de 1925 à 1949.

Publié hebdomadairement depuis ses bureaux de la rue Belvédère, le journal est essentiellement distribué par abonnement. «C’est vraiment difficile ici pour la presse anglophone, on est moins de 2% de la population du Québec. Mais nous avons des abonnés fidèles dans la région, mais aussi à l’étranger, en Australie, la côte ouest du Canada qui s’abonnent pour avoir la version électronique», explique-t-elle.

Un peu d’histoire

The Quebec Chronicle-Telegraph a été fondé par William Brown en 1764. Connu sous le nom de Quebec Gazette, il est le plus vieux journal d’Amérique du Nord toujours existant.

À sa création, le journal était publié dans les deux langues, française et anglaise. Puis en 1832, il est édité en anglais les lundi, mercredi et vendredi, et en français les mardi, jeudi et samedi.

Lors de la fusion du journal, en 1925 avec le Daily Telegraph, il est nommé le Chronicle-Telegraph jusqu’en 1934 où le nom de Québec est ajouté pour désormais se nommer le Quebec Chronicle-Telegraph.

Le journal a changé plusieurs fois de propriétaires. En 1972, le journal passe à une publication hebdomadaire. Après avoir connu des difficultés financières, le journal est vendu en novembre 2010 à l’Ontarien Ray Stanton.

Diffusé à quelque 2000 exemplaires chaque mercredi, uniquement en anglais, le Quebec Chronicle-Telegraph est disponible dans les dépanneurs.

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *