Société
16:30 24 juillet 2014 | mise à jour le: 24 juillet 2014 à 16:30 temps de lecture: 3 minutes

Des pirates et des perroquets au Domaine de Maizerets

PERROQUETS. Chico, Sammy, Frootloops, ou encore Nala sont quelques-uns des perroquets de la compagnie Perroquet Pirate. Jusqu’au 23 août, elle est installée dans le kiosque de l’Arboretum du Domaine Maizerets afin de faire découvrir ses oiseaux exotiques au public.

Amoureux de perroquets, Marc Lapointe et sa conjointe se promènent depuis des années au Domaine de Maizerets avec leurs oiseaux. Et pour la première année, le kiosque de l’Arboretum, niché au cœur du domaine, est habité par leurs perroquets.

Du plus petit au plus grand, du plus commun au rare, la compagnie Perroquet Pirate présente une cinquantaine d’espèces au public. Du Toui celeste au Ara en passant par le Toucan de Swainson, les visiteurs découvriront un univers rare peuplée de belles plumes et de beaux parleurs. «Le toucan est une exclusivité. C’est le seul visible au Canada. En plus, il est possible de le manipuler», explique avec fierté le Charlesbourgeois, Marc Lapointe.

«C’est une première expérience pour voir comment réagissent les gens et pour le moment l’achalandage est très bon», rajoute-t-il

Une passion

Cela fait 15 ans que Marc Lapointe travaille avec les perroquets. «Avec ma conjointe, nous allions en vacances au Brésil, au Mexique, au Costa Rica pour voir les perroquets dans leur environnement naturel», raconte-t-il. Et c’est le hasard qui a permis à ce couple d’acheter le premier oiseau. «Suite à une annulation d’un séjour dans le Sud, nous avons décidé de nous gâter. Nous avons acheté un Amazone à front bleu. Deux semaines plus tard, on est allé chercher un deuxième perroquet, un Amazone à nuque jaune», explique-t-il.

De fil en aiguille, le couple détient aujourd’hui 59 perroquets qu’il se procure chez des éleveurs lorsque l’oiseau n’est pas encore sevrer, soit âgé de 5 à 7 semaines. «Comme le sevrage n’est pas terminé, l’oiseau m’identifie comme un parent et non comme un conjoint. Ce rapport me permet de pouvoir les élever et les entraîner. Il y a trois ans, j’ai abandonné mon emploi dans le domaine médical pour me consacrer aux perroquets. Nous avons créé la compagnie et maintenant, je suis tout le temps avec eux. Je les entraîne très jeune avec le public pour éviter tous dangers tout comme je les habitue à toutes sortes de bruit comme un moteur de tondeuse ou encore une moto. Il faut que l’oiseau comprenne que ce n’est pas dangereux, surtout que leurs ailes ne sont pas coupées», détaille-t-il.

Protection

Progressivement, le gouvernement instaure des réformes pour protéger les perroquets.

«Ça ne devrait pas être vendu à Monsieur ou Madame Tout-Le-Monde, surtout si la personne n’a pas d’expérience ni de formation. Certaines espèces sont en voie de disparition et ici, on propose au public de manipuler différentes races de perroquets, c’est unique», conclut Marc Lapointe.

Quelques espèces de Perroquet Pirate

Touis celeste

Cacatoès

Conure

Ara

Toucan

Amazone

Loriquet

Meyer

Inséparables

Caïque Éclectus

L’entrée au kiosque à perroquets est gratuite. Il faut compter 5$ pour une photo et 10$ pour 15 minutes de manipulation dans un salon privé ou 12,50$ pour les deux. Le kiosque est accessible du lundi au vendredi, de11h à 14h et le samedi et dimanche, de 11h à 16h. Informations au www.perroquetpirate.com.

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *