Actualités
15:29 16 juin 2021 | mise à jour le: 16 juin 2021 à 16:03 Temps de lecture: 3 minutes

Valoriser le caca

Valoriser le caca
Des objets anciens en lien avec la défécation et la valorisation des selles sont exposés au Musée de la civilisation. Photo Métro média - Mona Lechasseur

EXPOSITION. Vous avez bien lu! La matière la plus sous-estimée du monde est mise en valeur au Musée de la civilisation avec l’exposition Ô Merde!, qui sera présentée jusqu’au 23 mars 2021. On y aborde avec sérieux et un brin d’humour l’histoire, l’anatomie, le microbiote intestinal, l’anthropologie, les enjeux écologiques, sociaux et environnementaux et même, ses représentations dans l’art. 

Faire tomber les tabous

L’exposition sur ce sujet tabou a été conçue et réalisée par le Musée de la civilisation dans un souci d’éducation et de sensibilisation. Les visiteurs découvriront les rapports complexes avec les excréments, les enjeux de la gestion des matières fécales dans le monde, de même que les crises sanitaires et les enjeux d’insalubrité. «Nous sommes un musée humain et de société qui aime surprendre et pousser plus loin les limites de la muséologie, a expliqué Stéphan La Roche, président-directeur général du Musée de la civilisation. Nous cherchons à démocratiser la culture, à rejoindre le public, et il s’agit d’un sujet par excellence pour le faire. Cette exposition changera le regard que nous portons sur cette matière méprisée qui constitue une ressource d’avenir.»

Variété des contenus

Le parcours de l’exposition permet une incursion dans différentes pratiques sanitaires et gestions des matières fécales à travers le monde, où moins de 40% de personnes ont accès à une cuvette comme celle que l’on retrouve dans nos espaces de vie. On y aborde aussi la sur-utilisation de l’eau et on met à l’avant-plan des innovations technologiques pour la gestion de ces matières. Par exemple, une toilette prototype créée par des chercheurs est exposée et comprend des procédés pour filtrer les matières liquides et en faire une eau réutilisable, et pour mettre en cendre les matières solides pour en faire des engrais.

Un corridor de cabinets de toilettes a été conçu par la scénographe Véronique Bertrand. Chaque cabinet est un univers en soi qui expose des habitudes de défécation et des enjeux sur la gestion de la matière, par exemple dans les pays sous-développés, en camping ou dans des toilettes publiques. D’ailleurs, un grand cabinet fait office de reproduction d’un lieu d’aisance collectif de l’Antiquité romaine comprenant neuf trous taillés dans un banc de pierre, avec bâtons de nettoyage.

Reproduction d’un lieu d’aisance de l’antiquité.

Un secteur complet de l’exposition est aussi consacré à la valorisation et à la transformation potentielle des matières liquides et solides. Les visiteurs pourront aussi entrer dans la salle de pets (oui!), qui permet de mieux comprendre la formation de ceux-ci dans le corps humain de manière scientifique. Enfin, une arcade propose de tester les connaissances apprises durant l’exposition par le biais de jeux interactifs.

La salle de pets, qui en fera sourire plus d’un.

Afin de combiner humour et science, le comédien et animateur Stéphane Bellavance animera six capsules vidéo en lien avec les thématiques dans l’exposition ainsi que les activités de lancement virtuel. L’exposition est présentée par H₂O Innovation avec la collaboration de RECYC-QUÉBEC et Cascades, ainsi que la participation de Les Cabinets et du Fairmont Le Château Frontenac à titre d’hôtel officiel.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *