Actualités
13:00 16 mai 2021 | mise à jour le: 12 mai 2021 à 16:30 temps de lecture: 2 minutes

Québec honore le premier Africain de Nouvelle-France

Québec honore le premier Africain de Nouvelle-France
Olivier Le Jeune est arrivé à Québec en 1629 et il a été inhumé le 10 mai 1654 dans le cimetière de la côte de la Montagne. /Photo gracieuseté – YouTube QuebecVille

HISTOIRE. La Ville de Québec a récemment installé une plaque commémorative en l’honneur d’Olivier Le Jeune et prévoit installer une murale en 2022 pour honorer la communauté afro-québécoise.

Le secteur de la Capitale-Nationale a jugé important de souligner la mémoire de Olivier Le jeune, puisqu’il s’agit du premier esclave et résident africain en Nouvelle-France. La plaque commémorative a été installée dans la cour intérieure du Séminaire de Québec, lieu où il a habité avec l’un des premiers colons français, Guillaume Couillard.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, mentionne que c’est une excellente initiative et qu’il est important de refléter l’histoire des communautés culturelles qui ont habité dans la ville dans le passé.

«L’historien et artiste Webster nous a proposé d’honorer la mémoire d’Olivier Le Jeune, idée que nous avons trouvée excellente. L’histoire de notre ville est aussi celle des communautés culturelles qui se sont enracinées ici. Nous travaillons d’ailleurs activement à en assurer une meilleure représentativité et diverses initiatives concernent la contribution historique et contemporaine de la communauté afrodescendante, dont celle-ci», a-t-il partagé.

Pour 2022, une murale sera créée pour mettre en lumière les citoyens d’ascendance africaine. Par le biais de cette nouveauté, des éléments tels que leur contribution à la vie sociale, politique, culturelle et sportive de la Capitale-Nationale seront représentés.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Léonce Naud, géographe

    Sous l’influence de la résurgence actuelle du racialisme, la Ville de Québec ainsi que le ministère de la Culture n’ont jusqu’ici vu que du feu dans le projet d’apposer une plaque commémorative au coeur historique du Vieux-Québec, jouxtant scandaleusement celle de Mgr de Laval, sous le prétexte fallacieux de rappeler l’arrivée du «premier esclave et résident africain en Nouvelle-France», un enfant appelé Olivier le Jeune. En réalité, l’inscription vise à faire croire que la Nouvelle-France fut une société esclavagiste, et cela dès ses débuts. Le but visé? Rendre les Québécois «blancs» honteux d’eux-mêmes et de leurs origines (pas les autres…). En fait, l’esclavage n’est devenu légal en Nouvelle-France qu’en 1709, soit 55 ans après la mort d’Olivier Le Jeune. En outre, quand l’enfant en question fut esclave à Québec, il n’existait plus de Nouvelle-France. Québec était alors une colonie anglaise dirigée par les frères Kirke (1629-1632). Voilà pourquoi, entre autres raisons, cette commémoration racialiste va prendre le bord.