Le Quebec Express
12:20 11 mai 2021 | mise à jour le: 11 mai 2021 à 08:44 temps de lecture: 3 minutes

Œuvrer artistiquement pour la santé mentale

Œuvrer artistiquement pour la santé mentale
Photo: Gracieuseté – Ixion CommunicationsÀ travers son autoportrait, l’artiste a souhaité matérialiser la complexité de l’être humain.

EN CE MOMENT. Pour la huitième année consécutive, le Centre d’Apprentissage Parallèle de Montréal (CAP) organise sa vente aux enchères Moi M’aime. L’encan réunit les autoportraits d’une centaine d’artistes pour soutenir les actions de l’organisme dans sa mission d’accompagnement des personnes ayant des difficultés émotionnelles et psychologiques grâce à des activités créatives

Sylvain Tapin, artiste multidisciplinaire de Québec, a réalisé un autoportrait pour la campagne de 2021. «En 2015 j’ai fait un solide burn-out. S’en est suivi une anxiété généralisée. La mission me parlait directement», a-t-il confié. L’approche de l’association par les arts résonne dans le parcours de guérison personnelle de l’artiste. «L’art pour la santé mentale, ça m’a aidé à passer à travers certaines étapes de ma vie, a expliqué celui qui se dit «en santé optimale» lorsqu’il combine la création et l’activité physique.

Sylvain Tapin, artiste multidisciplinaire de Québec participe pour la seconde fois à la campagne lancée par le CAP. Gracieuseté – Ixion Communications

«La création, c’est une thérapie en soi au même titre que le sport », a-t-il soutenu. Pour certains, l’art devient une réponse à la détresse psychologique.

Populariser la complexité de l’esprit

L’humain est complexe et pluriel, la santé mentale, longtemps inabordée, est finalement devenue l’affaire de tous. C’est cette multiplicité des sentiments et des émotions que Sylvain Tapin a souhaité retranscrire dans son œuvre. «Je voulais montrer avec ces silhouettes qu’on a beau être la même personne, placée dans un contexte différent, d’une journée à l’autre et tout dépendamment comment on vit cette journée-là, on agira et ne réagira pas de la même manière.» Pour rendre compte de cette complexité, l’autoportrait réalisé par le peintre mêle des lignes de forme, couleurs et textures différentes. «Les lignes représentent les émotions, les connexions, les idées, les pensées qui filent parfois à toute allure dans nos têtes et que l’on a de la difficulté à arrêter», a précisé l’artiste tout en rappelant qu’une bonne santé mentale implique également pour l’individu de «se créer le moment propice pour une pause». Son message étant de dire :«arrêtons-nous, ça va parfois beaucoup trop vite», a-t-il lâché.

L’exercice de l’autoportrait dans le cadre de cette campagne incarne le reflet artistique de la santé mentale, retranscrit sur une toile. «Pour moi un autoportrait va bien au-delà de sa propre représentation physique, il y a un processus d’introspection derrière tout cela», soutient Sylvain Tapin. À travers son art, l’artiste a souhaité «amener les gens à s’aimer, à s’accepter tels qu’ils sont avec les difficultés qu’ils rencontrent et à vivre avec».

L’encan bénéfice de l’association CAP aura lieu en ligne du 5 au 19 mai 2021. De nombreuses personnalités de tous milieux artistiques ont accepté de réaliser leur autoportraits au profit de la cause. Citons parmi eux Eve Salvail, Robert Charlebois ou encore Angèle Dubeau. Tous les fonds recueillis seront investis dans la prolongation des missions portées par l’organisme, à savoir des ateliers sur l’art-thérapie mais aussi la danse et le dessin.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *