Communauté
09:53 15 mars 2021 | mise à jour le: 15 mars 2021 à 09:53 temps de lecture: 4 minutes

Apprendre par le jeu au Carrefour des enfants de Saint-Malo

Apprendre par le jeu au Carrefour des enfants de Saint-Malo
Par l’entremise de l’activité de téléjournal, Frédérique a développé des intérêts pour l’écriture et l’animation à la caméra. /Photo gracieuseté – Julie Morin

SOCIÉTÉ. «Pour favoriser la réussite scolaire des enfants, il faut aller au-delà du simple fait d’inculquer la matière. Il faut développer l’estime de soi». Voilà la mission de Steven Ouellet, directeur général du Carrefour des enfants de Saint-Malo qui fête ses 20 ans cette année.

À ses débuts, il y a 20 ans, l’organisme offrait principalement de l’aide aux devoirs pour les élèves de l’École Saint-Malo à proximité. Au fil des années, la mission de l’organisme s’est développée pour offrir un lieu d’accueil et d’épanouissement aux enfants. «On désire maintenant favoriser les prises de conscience, le sens critique, la persévérance et les habiletés sociales par la mixité sociale, entre autres», décrit Steven Ouellet.

«Je me suis fait de nouveaux amis depuis que je suis ici et j’ai même commencé à aimer le français», raconte Frédérique, 7 ans, au téléphone. «J’ai toujours hâte d’aller faire les activités au Carrefour», ajoute-t-elle. Frédérique fréquente le Carrefour des enfants de Saint-Malo à raison de deux ou fois par semaine, après l’école, comme s’il s’agissait d’un service de garde traditionnel.

Le 9 janvier 2001, le Carrefour des enfants de Saint-Malo ouvrait ses portes aux enfants issus de différents milieux, pour certains natifs de divers pays, afin de les soutenir dans leur réussite scolaire. /Photo gracieuseté – Julie Morin

Cependant, les activités proposées y sont différentes. On mise sur l’apprentissage par le jeu, avec l’aide d’animateurs, de travailleurs sociaux et d’éducateurs spécialisés.

Les intervenants vont chercher les enfants après les heures de classe et leur font faire des activités, selon des thématiques choisies. «Quand on arrive, on prend une collation et on lit quelques minutes. Le mardi, on fait souvent des projets. Par exemple, en ce moment, on crée un téléjournal. On a déjà fait une maquette aussi et avant la [pandémie de] COVID-19, on avait des cours de cuisine. Le jeudi, on pratique plus les matières scolaires avec des jeux», affirme la fillette qui fréquente l’établissement depuis près de 3 ans. Frédérique participe ainsi aux périodes d’accueil après l’école, un des seuls programmes de l’organisme à but non lucratif demeurant ouvert en temps de pandémie.

Pour la mère de Frédérique, ce service après l’école est une occasion en or pour développer l’ouverture d’esprit des enfants: «Le Carrefour est un organisme qui rayonne dans le quartier par son offre d’activités diversifiée. Il accueille des enfants de 0 à 12 ans de tous les milieux et de différentes écoles, ce qui permet à ma fille de découvrir de nouvelles choses et de s’épanouir. Frédérique a adoré sa première visite il y a 3 ans et n’a pas arrêté depuis. Pour moi, c’est une façon de lui donner le plus d’opportunités possible», explique Marie-Ève Morissette.

Des rénovations qui tombent à point

Heureusement pour l’organisation, les travaux d’agrandissement qui étaient prévus en 2020 ont coïncidé avec l’arrivée de la pandémie. Grâce à une campagne de financement initiée en 2019, plus de 350 000$ ont été amassés pour revitaliser l’institution. «L’agrandissement de nos locaux nous a permis de rester ouverts en temps de pandémie, car on n’aurait jamais pu respecter les 2 mètres de distance demandés. On a doublé nos espaces et on peut maintenant accueillir 20 jeunes en même temps», se réjouit le directeur du Carrefour. «Les rénovations ont permis de rendre le milieu de vie très lumineux, harmonieux», décrit Marie-Ève Morissette qui a visité les lieux.

Avant la pandémie, l’organisme accueillait les enfants de 0 à 12 ans du lundi au vendredi. La fin de semaine, le Carrefour des enfants Saint-Malo organisait des activités familiales, telles que des rallyes et des tournois de quilles. L’organisme du quartier Saint-Sauveur travaille actuellement sur une offre de service alternative en ligne et prépare sa programmation d’activités pour septembre prochain.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *