Économie
10:20 27 mars 2020 | mise à jour le: 27 mars 2020 à 11:09 temps de lecture: 3 minutes

Les commerçants du centre-ville résignés

Les commerçants du centre-ville résignés
Photo: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)

ÉCONOMIE. Depuis l’annonce récente de la fermeture d’entreprises non essentielles, les sociétés de développement commercial (SDC) ne chôment pas. État de la situation sur le terrain, représentations auprès de différents paliers de gouvernement et évaluation des risques financiers des membres, les sept SDC de Québec se concertent et s’activent.

À LIRE ÉGALEMENT: Petit-Champlain: une année détruite par la Covid-19

Lorsqu’on met les pieds dans le Vieux-Québec en ces temps-ci, on constate que le centre-ville habituellement si animé est presque désert. Malgré tout, en coulisses, les SDC s’organisent. «On tient le fort. On doit rester empathique par rapport à l’état de la situation», rappelle Jean-Pierre Bédard, directeur général de la SDC Montcalm, dont la très grande majorité des commerces ont fermé depuis le 24 mars. En plus de s’assurer que son monde suit les consignes et s’en sort sur le terrain, il doit aussi faire de la représentation auprès des différents paliers de gouvernement, afin d’être sûrs que les commerçants auront bientôt une rentrée d’argent. «On a envoyé des sondages aux commerces afin d’évaluer leur degré de survie. On veut voir leur capacité. Le seuil de deux mois est assez critique. Près de 50% de nos entreprises pourraient mettre la clé dans la porte», s’inquiète-t-il.

Une trentaine de commerces de la SDC Montcalm resteront ouverts pendant la crise puisqu’ils font partie des commerces essentiels. «Nous, on garde le fort et on essaie également de préparer la relance», explique M. Bédard, puisque cette période arrivera tôt ou tard.

Même son de cloche à la SDC du Vieux-Québec. «C’est l’hécatombe, dans ce quartier touristique par excellence, 90% de mes membres ont fermé boutique et c’est plus de 1200 mises à pied», indique Jacques-André Pérusse, directeur de la SDC du Vieux-Québec.

Résignation et solidarité

Les commerçants que le directeur général a pu rencontrer lui ont semblé résignés. «Mais il y a aussi beaucoup de résilience et de solidarité». Les sept SDC du territoire de la Ville de Québec travaillent d’ailleurs beaucoup en concertation. «On a un groupe Facebook, on fait aussi chaque jour une visioconférence. On travaille aussi en concertation avec toutes les SDC de la province», résume M. Bédard.

Le tourisme sur pause

L’Office de tourisme de Québec revoit actuellement ses budgets à la baisse puisqu’évidemment les taxes de l’hébergement sont à la baisse. Le taux actuel d’occupation des hôtels est de 5% et 20 hôtels sur plus d’une centaine dans la région demeurent ouverts pour le moment. «On travaille actuellement à un plan de relance avec la Ville et l’Alliance de l’industrie touristique du Québec. La reprise sera d’abord à l’intra province de Québec. Ensuite, ce sera l’Ontario. Plus on s’éloigne sur la planète plus la reprise sera longue. Mais personne ne sait à partir de quand la reprise aura lieu», résume Éric Bilodeau, directeur des communications à l’OTQ.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *