Actualites
11:06 4 juillet 2019

L’ouverture du marché saisonnier du Vieux-Port reportée à l’an prochain

L’ouverture du marché saisonnier du Vieux-Port reportée à l’an prochain
Photo: (Photo Métro Média - Archives)

ALIMENTATION. C’est la Coopérative des horticulteurs de Québec qui en a fait l’annonce la semaine dernière alors que des procédures judiciaires de la part de l’avocat François Marchand mettent sur pause la démolition de l’ancien marché du Vieux-Port.

C’est en raison du litige judiciaire qui suspend la démolition de l’ancien édifice que le marché saisonnier ne peut voir le jour. Il aurait en effet dû prendre place au même endroit dans des installations saisonnières.

Comme l’installation d’une nouvelle structure aurait nécessité six à huit semaines de travaux et que les délais liés au litige s’accumulent dans le dossier, la direction de la Coopérative a renoncé à tenir le marché sous sa nouvelle formule pour cet été.

«Cette antenne du Grand Marché dans le secteur touristique du Vieux-Port sera donc exploitée sur une base saisonnière à compter du mois de mai 2020», fait valoir la Coopérative par voie de communiqué. Celle-ci a le mandat, en collaboration avec la Ville de Québec, d’exploiter un marché saisonnier, qui se veut une antenne du Grand Marché.

En sursis

La juge de la Cour Supérieure Lise Bergeron, en charge de l’affaire, a récemment rejeté la demande en irrecevabilité défendue par la Ville lors de l’audience préliminaire du 20 juin. Elle lui ordonne «de ne pas débuter la démolition du bâtiment principal du Marché du Vieux-Port avant la gestion détaillée du dossier sur le fond. À cet égard, la magistrate convoque les parties ce mercredi 10 juillet pour tenir une conférence de gestion sur l’injonction interlocutoire.

Rappelons que dans ce débat, François Marchand argue que la Ville de Québec ne respecte pas l’entente survenue entre l’administration municipale et l’ancien propriétaire du site, le gouvernement fédéral. Le contrat stipulait que l’immeuble devait être utilisé aux seules fins d’y aménager un marché public. L’avocat croit qu’un marché satellite aurait pu être exploité et il déplore que la Ville et la Coopérative des horticulteurs mettent fin aux activités du marché prévues cette année.

De son côté, la Ville de Québec a déjà obtenu l’autorisation de la Commission d’urbanisme pour la démolition du bâtiment. Elle n’attend que la fin des procédures judiciaires pour que le pic des démolisseurs s’y attaque.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *