Actualités
12:05 24 janvier 2019

Chateau Frontenac: La silhouette perchée qui traverse les siècles

Chateau Frontenac: La silhouette perchée qui traverse les siècles
Photo: (Photo - Deposit photos)

HISTOIRE. Le Château Frontenac, véritable emblème de la ville de Québec avec sa silhouette perchée sur la falaise du Cap-aux-Diamants, vient de fêter son 125e anniversaire. Le Québec Express vous propose de faire un retour sur les moments marquants de son histoire.

L’empire du Canadien Pacifique

Le Château Frontenac est situé sur le site archéologique de l’ancien Château Saint-Louis qui a brûlé en 1834. Initialement, c’est Lord Dufferin qui propose d’en faire la résidence du gouverneur général du Canada. Le projet ne se concrétise finalement jamais et c’est un groupe d’hommes d’affaires du Canadien Pacifique parmi lesquels William Van Horne, son président, qui décide de construire un hôtel de style château européen.

En 1885, le CP a complété son chemin de fer transcanadien de l’Atlantique au Pacifique. Il souhaite alors rallier les passagers de l’Europe des navires de croisière mondiaux qu’il détient au chemin de fer canadien. «Il s’agit finalement d’un tourisme de luxe d’un circuit de châteaux américains. Le Château Frontenac était l’un des hôtels prévus au circuit, tout comme l’Empress à Victoria ou encore le Banff Springs en Alberta», explique David Mendel, historien et conférencier.

Les navires du Canadien Pacifique accueillaient cependant les gens moins aisés aux ponts inférieurs pour rejoindre les chemins de fer et peupler d’autres provinces du Canada. «À cette époque, il y a eu une importante immigration à Québec quand il n’y avait pas de glace. Quand il y en avait les gens débarquaient à Halifax, mais Québec restait un point d’entrée très important», relate l’historien.

C’est dans ce contexte que commence la construction du Château Frontenac, en 1993.

À LIRE ÉGALEMENT: Grands noms et grands moments du Château Frontenac

Architecture

Le Château Frontenac compte cinq ailes et une tour centrale, il est inspiré des châteaux de la Loire. Construit en pierres de taille grises et en brique d’Écosse (Glenboig) de couleur orange, c’est ce qui lui donne sa singularité. «C’était un matériau de grande qualité à l’époque», mentionne David Mendel. Les toits sont en cuivre et le style est de type château, avec ses tourelles et ses lucarnes. La première aile a été construite par Bruce Price tandis que la tour centrale a été construite en 1920. Même si en 1926, un incendie ravage l’aile Riverview, elle est reconstruite à l’identique selon les plans de l’architecte Bruce Price. «Chaque architecte a respecté l’esprit des premières ailes», fait valoir David Mendel pour expliquer l’homogénéité de la bâtisse au fil des ans. Par la suite, le Château Frontenac a servi de modèle pour d’autres édifices comme le Manoir Richelieu dans Charlevoix, ou encore la Gare du Palais en Basse-ville de Québec.

À qui appartient l’icône de la Ville?

La chaîne d’hôtels Fairmont, dont faisait partie le Château Frontenac, s’est fait racheter en 2015 par le groupe français AccorHotels, qui en assure la gestion sans en être propriétaire. C’est le Château Frontenac qui demeure la propriété de la Caisse de dépôt et de placement, par le biais d’Ivanhoé Cambridge. «En quelque sorte, les contribuables sont les propriétaires d’un château», s’amuse l’historien.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *