Communaute
16:40 5 janvier 2009 | mise à jour le: 5 janvier 2009 à 16:40 temps de lecture: 5 minutes

Mercedes Ml 2009

Le haut du podium

Mercedes est arrivé dans le créneau des utilitaires sport en 1997 avec la première génération de Classe M que beaucoup ont dénigrée pour son manque de qualité. Ce premier véhicule fabriqué en Amérique du Nord à l’usine de Tuscaloosa en Alabama ne répondait pas aux critères habituels de qualité de la marque Allemande. Mercedes s’est repris de belle manière en 2005 avec la 2e génération de ML. À mi-parcours de son cycle de vie, cette 2e génération fait l’objet de subtiles modifications pour garder le véhicule dans le coup.

Un physique plus imposant

C’est surtout par la calandre que s’opèrent les changements physiques d’un véhicule car c’est la partie la plus distinctive d’un véhicule, celle du M est plus souriante. Il adopte aussi de nouvelles optiques avant, une prise d’air plus grande et un pare-choc redessiné avec des emplacements pour antibrouillard différents. À l’arrière, le bouclier a été redessiné et les rétroviseurs sont aussi nouveaux avec notamment des répétiteurs de clignotants plus grands. Pour ceux qui visent le haut de la chaîne alimentaire, les différences apparaissent plus visibles sur la version AMG. En plus des évolutions déjà citées, le Classe ML 63 AMG adopte une calandre nettement plus spectaculaire qui rappelle d’ailleurs le dessin surdimensionné de la calandre inaugurée par Audi.

L’arrivée de la technologie Bluetec

Mercedes faisait déjà partie des pionniers en matière de motorisation Diesel, elle prend maintenant les devants en offrant la technologie Bluetec, la technologie Diesel la plus propres de la planète. Ce nom désigne les moteurs diesel à système de traitement antipollution destiné à satisfaire aux directives relatives aux émissions polluantes. Ce système réduit considérablement les émissions d’oxydes d’azote (NOx), ce qui représente un net avantage sur les moteurs ordinaires à essence. Le traitement de l’oxyde d’azote est réalisé grâce à une série de filtres à particules, de convertisseurs catalytiques et de catalyseurs de stockage en plus du nouvel additif à base d’eau AdBlue injecté dans les gaz d’échappement. L’additif AdBlue intervient pour qu’un composé chimique appelé urée se déverse dans les gaz d’échappement, pour ensuite relâcher de l’ammoniac réagissant au contact de l’oxyde d’azote pour former de l’azote et de l’eau au sein d’un catalyseur SCR (réduction catalytique sélective), rendant les émissions inoffensives. On constate que les émissions d’oxydes d ́azote sont réduites à 0,07 par mille. AdBlue est stocké dans un réservoir de 28 litres qui est bon pour 20 000 km. Le remplacement de ce liquide se fait par le concessionnaire lors des visites d’entretien. Avec cette technologie Bluetec, les moteurs Diesel Mercedes répondent aux normes anti-pollutions les plus sévères de la planète et aux normes 2015 qui seront instaurées en Europe.

Une forme surprenante

Derrière le volant, il n’y a pas de changements face à l’actuel ML. Le moteur Diesel est le même, l’ajout de la technologie Bluetec n’est qu’une étape supplémentaire qui est ajoutée au moteur CDi pour le rendre encore plus propre. Cette mécanique se montre discrète, très souple et peu gourmande (entre 10 et 11 litres). Le freinage renforcé s’est montré à la hauteur et endurant pour effectuer des parcours à forte cadence. J’ai apprécié aussi la rigueur du châssis et la neutralité de comportement d’un SUV très facile à prendre en main.

Conclusion

Il faut saluer Mercedes qui a réalisé un véritable tour de force avec cette technologie Bluetec. Malgré un prix du carburant Diesel prohibitif, la compagnie allemande poursuit sur sa lancée et va également présenter sa technologie Blutec dans les modèles R et GL en 2009. Souhaitons qu’elle s’étende à tous les modèles de la famille, car cette technologie avant-gardiste allie plaisir de conduire, économie de carburant et respect de l’environnement.

Forces

Tenue de route hors-pair
Finition et assemblage de qualité
Faible consommation

Faiblesses

Options nombreuses et coûteuses
Suspension de base sèche sur mauvais revêtement

fiche technique

Garantie générale : 4 ans/80 000 km
Garantie groupe motopropulseur : 5 ans/120 000 km
Garantie contre la perforation : 5 ans/120 000 km
Assistance routière : 4 ans/kilométrage illimité

Moteurs

V6 3,0 l CDi 210 ch à 3400 tr/min
couple: 400 lb-pi à 1600 tr/min
Transmission : automatique à 5 rapports avec mode manuel
0-100 km/h : 8,6 s
Vitesse maximale: 215 km/h
Consommation (100 km) : 10,5 l (octane : 91)

Sécurité active

freins ABS, assistance au freinage, répartition électronique de force de freinage, antipatinage, contrôle de stabilité électronique

Suspension avant/arrière

indépendante

Freins avant/arrière

disques

Direction

à crémaillère, assisté

Pneus

P255/50R19

Dimensions

Empattement : 2915 mm
Longueur : 4788 mm
Largeur : 1910 mm
Hauteur : 1773 mm
Poids: ML350 : 2145 kg, ML500 : 2185 kg
Diamètre de braquage : 11,6 m
Coffre : 833 l, 2050 l (sièges abaissés)
Réservoir de carburant : 95 l
Capacité de remorquage : 2500 kg

Prix:60 000$ (estimé)Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2009. Il anime également l’émission En Voiture tous les Samedis à 11 :00 sur les ondes du 98,5 FM de Montréal et le réseau Corus Québec ou via internet au http://www.985fm.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *