Communaute
11:30 1 décembre 2009 | mise à jour le: 1 décembre 2009 à 11:30 Temps de lecture: 3 minutes

Tout un art que d’habiller un foyer avec goût

Le foyer a enfin pris sa place au salon. Il a fière allure et promet de longues heures de détente au coin du feu. Mais, si on veut véritablement savourer toute la beauté d’un tel ajout, il faudrait peut-être songer à l’habiller.

Harmoniser le foyer selon le style de la pièce, c’est le défi que relève tous les jours Guy Sylvain, de l’Ébénisterie Summum. «Une fois son foyer installé, le client effectue le choix du matériau qui habillera son appareil. Il peut opter pour un habillage de bois comme le merisier, le chêne ou différentes essences exotiques comme le noyer, l’acajou et le cerisier. L’essence la plus utilisée est cependant le merisier. On peut également préférer un habillage de foyer en marbre en en granit.»

Interrogé sur la façon de procéder, l’ébéniste répond que le processus débute chez le client avec la prise de mesure. «Par la suite, note M. Sylvain, je suggère divers agencements figurant dans mon portfolio. Les gens peuvent également visiter nos locaux, à Charlesbourg. Une fois les mesures prises, il faut compter environ trois semaines de travail avant de procéder à l’installation proprement dite.»

Sur logiciel

Grâce au logiciel utilisé par l’ébéniste, le client peut avoir une idée du résultat final. «Cette façon de faire est pratique lorsque le client désire un habillage plus complexe. On me demande de plus en plus de concevoir et construire des habillages de foyer comprenant des meubles intégrés comme, par exemple, un système de cinéma-maison. À partir des goûts du client, je peux lui construire un meuble qui s’harmonisera avec le style de son salon», indique M. Sylvain.

Quant à l’investissement suggéré, il s’établit à 1 500 $, en moyenne. «Ça peut tout de même aller jusqu’à 10 000 $, une somme qui représente le coût d’une des dernières commandes que j’ai réalisées. Tout dépend des éléments et des matériaux intégrés», explique le patron d’Ébénisterie Summum.

Comptant 18 ans d’expérience en ce domaine, il estime que l’habillage de foyer représente 90 % de son chiffre d’affaires annuel. C’est un domaine que peu d’artisans exploitent. Toutefois, le défi et la grande variété de possibilités motivent l’ébéniste.

Pour en savoir davantage : http://www.ebsummum.com

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *