Communaute
18:19 27 mars 2009 | mise à jour le: 27 mars 2009 à 18:19 temps de lecture: 7 minutes

FICHE TECHNIQUE

L’icône nouveau genre Benoit Charette

Rien de mieux pour afficher sa conscience écologique que de rouler au volant d’une Toyota Prius. Des stars d’Hollywood, aux chefs d’entreprises sans oublier les politiciens comme Barack Obama qui est devenu un propriétaire récemment. Apparue en 1997 au Japon, la Prius est devenue en quelques années la référence en matière de voiture hybride.

Un faible bond stylistique

Il n’y a pas un grand pas en avant au chapitre du style de la 2e à la 3e génération de Prius. On remarque bien l’aspect plus moderne et l’effort évident dans les lignes lié à un souci d’optimisation de la pénétration dans l’air pour économiser la moindre goutte d’essence. Sa carrosserie a également été étudiée pour améliorer l’aérodynamique. Son Cx (coefficient de traînée) affiche 0,25, grâce notamment à une attention particulière à l’amélioration du flux d’air sous la voiture. Bref , la fonction passa avant la forme et le style général laisse sur son appétit. Certains diront qu’elle ressemble trop à la précédente génération, mais c’est le lot d’un véhicule icône qui doit demeurer facilement reconnaissable aux yeux de tous. Malgré tout, j’aimerais bien que Toyota puisse être capable de sortir de ces camisole de force esthétique pour démontrer un autre style.

Un intérieur moins austère

Le souci écologique ne se retrouve pas seulement sous le capot, Toyota affiche sa fibre verte partout où il est possible de le faire. Par exemple, l’habitacle est couvert de plastiques écologiques gage de réduction d’émissions de C02. On retrouve également en option un toit transparent coulissant, avec panneaux solaires qui alimentent un système de circulation d’air dans la voiture. Les panneaux solaires emmagasinent de l’énergie qui permet de faire circuler de l’air dans la voiture et maintenir une température agréable dans l’habitacle lors des chaudes journées d’été. Ce système de climatisation peut même être commandé à distance. Nous avons naturellement demandé s’il était possible de faire la même chose avec le système de chauffage. Les ingénieurs de Toyota nous ont répondu qu’un système de chauffage demande beaucoup plus d’énergie et que la surface de panneaux solaires n’était pas assez grande pour une telle opération. Des feux de croisement à DEL (diodes électroluminescentes) en option ainsi que des feux arrière et d’arrêt à DEL contribuent à réduire la consommation d’énergie du véhicule. Plus grande de 15,2 mm, la nouvelle Prius affiche la même hauteur que le modèle actuel. Même si les lignes redessinées ont augmenté la hauteur du plafond à l’arrière. Les jambes ont aussi été soignées avec une assise repensée derrière pour leur assurer plus d’espace. La console centrale à écran tactile est mieux conçue que l’ancienne génération et offre une approche plus moderne.

Un moteur plus puissant

Il peut sembler paradoxal d’offrir un moteur plus puissant et une meilleure économied’essence en même temps. Plusieurs se demanderont si on ne doit pas sacrifier de la puissance pour obtenir une plus grande économie de carburant. La question a été posée et les ingénieurs de Toyota ont répondu que grâce au couple supérieur de ce nouveau moteur 1,8 litre, le moteur tourne à plus bas régime et permet dons des économies de carburant. Donc pour sa cuvée 2010, la Prius fait un bons en avant au chapitre de la motorisation. Reprenant le principe d’un moteur à essence associé à un second électrique, l’hybride japonaise met au rancart l’ancien moteur à essence 1.5 pour un quatre cylindres 1.8 VVT-i développant près de 98 chevaux (contre 77 pour l’ancien). Le moteur électrique quant à lui revendique 80 chevaux (68 chevaux pour la Prius II). Une puissance supplémentaire globale de près de 20% qui se traduit par une économie de carburant annoncée de 7% grâce au groupe électrique plus puissant et un moteur qui tourne à plus régime.

Une bien meilleure prise en main

Soyons honnête, depuis ses débuts, la Prius était aussi intéressante à conduire qu’une voiturette de golf. Le manque de puissance était évident et la direction absente de toutes sensations. L’arrivée du moteur 1,8 litre amènen la puissance utilisable à 134 chevaux Le moins que l’on puisse dire c’est que la voiture a fait naître chez moi, pour la première fois, un certain plaisir de conduite. La puissance est maintenant suffisante pour avoir l’impression de conduire une vraie voiture et la direction sans être un modèle du genre répond assez bien. Pour permettre de rouler encore vert, Toyota dispose de quelques astuces. Il y a un système de récupération des gaz d’échappement qui permet de réchauffer plus rapidement le convertisseur catalytique et émettre moins de CO2. Toyota dispose également d’un mode de conduite écolo qui restreint la puissance utilisable du moteur et met certains systèmes en mode de veille pour une meilleure économie de carburant. Il y a même un bouton EV pour «electric vehicle» qui permet de rouler à un maximum de 40 km/h pour environ 2 km uniquement en mode électrique, beaucoup plus accessoire que réellement utile. En deux mots, la conduite de cette nouvelle Prius comble une grande partie du fossé entre elle et une berline compacte. Il est à noter que sur notre essair de plus de 300 km en conduisant tout à fait normalement, nous avons réussi à faire un peu moins de 5,5 litres aux 100 km, un résultat convaincant.

Conclusion

Si Honda vise à offrir l’hybride le plus abordable sur le marché avec l’Insight, Toyota vise rien de moins que l’hybride le plus évolué. Il faudra tout de même faire attention au prix. Si on en croit les propos chez Honda qui va introduire l’Insight le 22 avril prochain (jour de la terre), le prix sera autour de 23 000$. La Prius est présentement autour de 30 000$, il faudra faire attention de ne pas aller trop loin, car l’Insight que est certes moins sophistiquée que la Prius, offre tout de même une économie de carburant assez semblable.

Moteur

L4 1,5 l DACT, 134 ch à 5000 tr/min
Couple 105 lb-pi à 4000 tr/min
Transmission automatique à variation continue
0-100 km/h 10,3 s
Vitesse maximale 185 km/h
Consommation (100 km) 4,1 l (octane 87)

Autres composantes

Sécurité active freins ABS, distribution électronique
de force de freinage, assistance au freinage,
antipatinage et contrôle de stabilité électronique
(en option)
Suspension avant/arrière indépendante / semiindépendante
Freins avant/arrière disques
Direction à crémaillère, assistée
Pneus P195/65R15,
Option :P215/45R17

Dimensions

Empattement 2700 mm
Longueur 4460 mm
Largeur 1745 mm
Hauteur 1480 mm
Poids 1380 kg
Diamètre de braquage 10,4 m
Coffre 445 l
Réservoir de carburant 45 l

Prix : à déterminerBenoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2009. Il anime également l’émission En Voiture tous les Samedi à MIDI sur les ondes du 98,5 FM de Montréal et le réseau Corus Québec ou via internet au http://www.985fm.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *