Société
13:30 27 octobre 2015 | mise à jour le: 27 octobre 2015 à 13:30 temps de lecture: 2 minutes

Défi Effet A : Le communautaire a 100 jours pour parler affaires

AFFAIRES. Comment un organisme d’économie sociale ou sans but lucratif peut-il élargir son réseau d’affaires? Diane Harvey de l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP) a été mise au défi d’y arriver en 100 jours.

La directrice de l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP), Diane Harvey, est d’avis que les entreprises ont tout à gagner à être proactives en santé mentale. (Photo TC Media – Monica Lalancette)

Une douzaine d’organismes comme le sien ont été mis au défi d’élargir leur réseau d’affaires, sous l’impulsion d’une des leaders du mouvement Effet A. Le projet vise à aider les femmes à intégrer l’ambition dans leur vie.

Seule de la région à avoir été choisie par la leader Martine Turcotte, vice-présidente exécutive pour le Québec chez Bell, Diane Harvey se donne pour objectif de «donner aux entreprises de Québec l’opportunité de tirer profit, elles aussi, de l’Effet A».

Mme Harvey est d’avis que les entreprises ont tout à gagner à être proactives dans le domaine de la santé mentale et l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale fait justement la promotion des meilleures pratiques, note-t-elle.

Mobilisation

Si la réputation de l’AQRP n’est plus à faire auprès des acteurs de la santé et des services sociaux, mobiliser des partenaires d’affaires ou faire du sociofinancement, c’est une autre paire de manches, constate Diane Harvey. «Je ne peux pas faire valoir qu’on a nourri, disons, 10 personnes», illustre-t-elle.

L’organisme, situé dans Limoilou, a tout à faire pour élargir son réseau et pour rendre son action plus concrète, Diane Harvey compte miser sur le filon de l’«excellence des pratiques». Sur cette base, elle est d’avis qu’un partenariat durable avec des entreprises privées de Québec permettrait d’amener la cause de la santé mentale plus loin.

Les 100 jours du défi lancé aux organismes par la leader d’Effet A, Martine Turcotte, se termineront en décembre par une rencontre avec des acteurs du monde des affaires. D’ici là, la cohorte reçoit de la formation et de l’accompagnement en lien avec le réseautage, entre autres.

Lien externe : Mouvement Effet A

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *