Société
22:08 2 octobre 2015 | mise à jour le: 2 octobre 2015 à 22:08 temps de lecture: 4 minutes

Partir la vie du bon pied

TÉMOIGNAGE. Si Élena a un tonus musculaire au-dessus de la moyenne, du haut de ses cinq semaines d’existence, c’est en partie grâce à l’aide que sa mère Isabelle est allée chercher auprès de la Fondation OLO pendant sa grossesse. En situation financière difficile, la jeune femme de Charlesbourg a pu bénéficier du soutien de cet organisme qui veille au bon développement de l’enfant à naître.

De voir Élena en santé – mieux: de se faire confirmer par l’infirmière qu’Élena est en santé, Isabelle Joncas jubile. Elle qui n’a pas nécessairement reçu tous les soins nécessaires dans ses premiers jours de vie souhaitait donner toutes les chances à son enfant, le plus tôt possible. Aussi n’a-t-elle pas hésité à demander de l’aide quand elle a réalisé que les revenus de son ménage – son conjoint et elle travaillent au salaire minimum – lui rendaient la tâche difficile.

Au CLSC, on lui a parlé de la Fondation OLO (Œuf, lait, orange), qui accompagne les familles financièrement vulnérables durant la grossesse. À compter de la 12e semaine, tel que le prévoit le programme, Isabelle Joncas a ainsi eu accès gratuitement à des rations quotidiennes d’un œuf, d’un litre de lait et d’un verre de jus d’orange. «C’est les aliments de base importants dans une grossesse», explique-t-elle. À ce trio essentiel s’ajoute un supplément de vitamines et minéraux.

Jusqu’à la 34e semaine, la jeune femme de 21 ans a également été suivie par une nutritionniste. Conseils, gestion du poids, informations sur l’enfant à naître…: autant de services qui lui ont permis de vivre sereinement sa grossesse. «Une grossesse en santé, c’est tellement important pour le développement du bébé!» fait-elle valoir en ayant été témoin, autour d’elle, des impacts négatifs sur les jeunes qui n’ont pas eu les mêmes chances.

À la naissance de la petite Élena, une infirmière a assuré un suivi auprès de la nouvelle famille pendant une période de cinq semaines, question de veiller à ce que tout se passe bien, qu’il s’agisse de l’allaitement ou du poids du bébé. Et Isabelle Joncas le confirme tout sourire: sa fille est en pleine forme. «Je ne peux qu’être reconnaissante envers toute l’aide que m’a apporté le programme OLO», dira celle qui veut «passer le message» auprès des futures mamans qui pourraient avoir besoin d’un tel soutien. «Il ne faut pas se gêner d’aller chercher de l’aide», croit-elle alors que, depuis 20 ans, l’organisme a permis à plus de 200 000 bébés de naître en santé au Québec.

Construire sur de bonnes bases

Ayant réussi à garantir un bon départ à son enfant, Isabelle Joncas envisage l’avenir d’un œil optimiste. Au-delà de l’aspect financier, devenir mère n’était pas en soi une source d’angoisse pour elle qui aime les enfants – et qui en voudrait au moins un deuxième. Mais d’ici là, celle qui travaille en cuisine souhaite améliorer la qualité de vie de son ménage.

Elle évoque un retour aux études pour se diriger, par après, vers les Centres de la petite enfance. Par intérêt, certes, mais aussi pour un meilleur salaire, de meilleures conditions de travail, le désir d’assurer à ses enfants les moyens de poursuivre de hautes études, et le plaisir de se gâter en famille.

 

À Québec, d’avril 2013 à mars 2014…

1212 femmes

ont bénéficié du soutien de la Fondation OLO

 

Au Québec…

102 670

coupons d’œufs

360 373

coupons de lait

172 065

coupons de jus d’orange

6152

pots de vitamine

Pour plus d’info: fondationolo.ca

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *