Politique
14:43 14 septembre 2021 | mise à jour le: 15 septembre 2021 à 10:50 Temps de lecture: 9 minutes

Élections fédérales: La parole au candidats dans Portneuf–Jacques-Cartier

Élections fédérales: La parole au candidats dans Portneuf–Jacques-Cartier
Photo: Photo Métro Média Josie Desmarais

Cette semaine, Le Jacques-Cartier et L’Appel vous présente les candidats dans la circonscription de Portneuf–Jacques-Cartier à l’aide de trois questions ciblant des enjeux majeurs. 

Sani Diallo, Parti libéral du Canada

Père de famille s’étant installé au Québec il y a une dizaine d’années, Sani Diallo a choisi de mettre à profit son expérience professionnelle en finances personnelles et en financement des PME pour contribuer à bâtir un Canada enviable. Photo gracieuseté.

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«Une relance inclusive soutenant la vivacité économique de notre région, basée sur la participation active de ses habitants, est essentielle pour redynamiser la vie dans notre communauté. En ce sens, nous souhaitons continuer à investir massivement dans les compétences des travailleurs, la santé, les soins à domicile et les technologies propres. La pénurie de main-d’œuvre continue d’être préoccupante et l’immigration joue un rôle clé pour soutenir nos entreprises qui font face à de grands défis lorsqu’il s’agit de recruter des travailleurs.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?<@$p>  

«La mobilité durable est à l’avant-plan de ce dont notre circonscription a besoin. L’utilisation d’énergie propre pour assurer les déplacements dans la région fait partie des avenues explorées par le gouvernement libéral. Il a développé des programmes bonifiés pour permettre à Québec de prendre sa place comme ville d’envergure, où la mobilité durable prend tout son sens. Nous suivons de près les options présentées par le gouvernement provincial.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Nous nous sommes fixés des cibles ambitieuses en ce qui a trait à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La taxe sur le carbone et l’économie circulaire sont des moyens efficaces à notre portée permettant d’atteindre nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre en vue d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Les changements climatiques ont des conséquences sur notre planète et sur notre mode de vie et il nous est impératif de poser des actions intelligentes pour les limiter et nous y adapter.»

Joël Godin, Parti conservateur du Canada

Père de deux jeunes adultes, auparavant entrepreneur impliqué dans le milieu des affaires de la région et député sortant, Joël Godin représente la circonscription depuis 2015. Photo gracieuseté.

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«La relance postpandémique doit être axée sur une relance économique, car plusieurs de nos entreprises ont subi de lourdes pertes et doivent se redresser. Nous nous devons de nous servir de cette expérience unique pour développer une économie basée, entre autres, sur l’autonomie tant au niveau de la chaîne alimentaire que de la production de produits sanitaires. Dépendre des autres pays nous rend vulnérables et c’est la population qui écope. Dans le secteur agroalimentaire, nos producteurs agricoles doivent devenir la première ressource d’approvisionnement auprès de notre population. Cela fait d’une pierre deux coups, soit un soutien pour notre économie et une réduction des émissions de gaz à effet de serre en diminuant le transport.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Notre position a toujours été claire concernant le transport régional : nous voulons travailler avec les instances municipales et provinciales afin de soutenir les projets améliorant la qualité de vie des citoyens. Ces paliers de gouvernements sont les mieux placés pour connaître les besoins réels. Nous avons clairement, et ce sans volte-face comme le Bloc québécois, appuyé le projet du 3e lien présenté par le gouvernement provincial. Pour Portneuf – Jacques-Cartier, je travaille depuis 2016 afin que notre circonscription ait, dans le projet du Train à Grande Fréquence (TGF), une zone d’embarquement sur le territoire. Cette plus grande mobilité et cette accessibilité quotidienne permettront aux entreprises d’avoir accès à la main-d’œuvre des grands centres et permettront aux étudiants d’avoir plus d’options d’institutions scolaires.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«On doit agir maintenant pour offrir une planète en santé à nos générations futures. Les citoyens veulent participer et nous avons prévu un Compte d’épargne personnel pour la réduction du carbone. Les consommateurs auront le pouvoir de forcer les entreprises à se réajuster pour qu’eux aussi participent à la réduction des émissions. L’argent accumulé appartiendra à chaque Canadien et ce sont les consommateurs qui agiront concrètement pour la réduction des GES. Nous aurons également un programme afin d’augmenter le nombre de véhicules à émission zéro sur nos routes. Nous allons obliger la réduction des émissions industrielles et nous mettrons un tarif frontalier sur les pays qui ne participent pas à la réduction des GES. Enfin, nous travaillerons avec nos alliés européens et américains pour réduire nos émissions.»

Christian Hébert, Bloc québécois

Souverainiste, écologiste et jeune père de famille, Christian Hébert est un producteur agricole et le maître cidriculteur propriétaire du Domaine Hébert à Deschambault-Grondines. Photo gracieuseté.

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«Tous les secteurs, dont le secteur récréotouristique, ont été gravement atteints par la crise. Parmi les infrastructures qui constituent des attraits majeurs pour notre région, le quai de Portneuf fait figure d’exemple. La ville de Portneuf veut en faire l’acquisition et nous l’appuyons vigoureusement. Le gouvernement fédéral doit le remettre en état et le céder à ses citoyens. Mais avant tout, nous devons rehausser le niveau de vie de nos gens, à partir de notre relève jusqu’à nos aînés. Nous devons soutenir leur pouvoir d’achat, notamment, par des achats publics faits auprès des entreprises d’ici, une hausse des pensions offertes à tous les ainés et par des prestations d’assurance-emploi maladie pouvant atteindre 50 semaines pour les personnes gravement malades.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Le transport en commun réduit les émissions de GES, contribue à la fluidité des déplacements et améliore notre qualité de vie. Le rail, qu’il s’agisse de tramway, de train de banlieue électrifié ou de TGF est la voie d’avenir pour rapprocher et dynamiser la région. C’est également vrai pour le transport des marchandises. Tout en tenant compte des conditions et facteurs socio-économiques, le Bloc favorise la mise en place de réseaux de transport collectif électrifié, une solution écologique par excellence. Le gouvernement fédéral doit contribuer au financement tripartite – fédéral, provincial, municipal – tant des études de faisabilité que des projets eux-mêmes, tout en laissant le plein contrôle décisionnel des dossiers aux élus québécois.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Nous sommes tous d’accord : le dérèglement climatique est l’un des plus grands défis dans le monde. Sa cause est principalement nos émissions de CO2 liées en grande partie à la consommation d’énergie fossile. Le Bloc Québécois soutiendra la transition vers les énergies renouvelables en proposant des investissements massifs dans l’innovation et les technologies propres. Pour notre belle région, nous souhaitons propulser une relance verte créatrice de richesse en misant sur l’entrepreneuriat régional, son savoir-faire et sa force d’innovation dans des secteurs comme l’aluminium, les produits issus de la forêt et l’agroalimentaire écoresponsable.»

Nash Mathieu, Parti populaire du Canada

Nash Mathieu est un jeune père de famille qui se décrit comme un travailleur de la classe moyenne, amateur de véhicules hors routes, de course et de musique. Il suit le monde politique depuis ses 18 ans mais encore plus depuis la dernière élection en 2019. Photo gracieuseté.

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance postpandémie?

«Selon les gouvernements actuels, la pandémie va durer encore longtemps. De plus, M. Trudeau a augmenté les dépenses, les déficits et la dette nationale, repoussant le tout sur les générations suivantes de manière irresponsable. Nous éliminerons progressivement tous les programmes de dépenses liés à la Covid, le déficit avant la fin d’un premier mandat en faisant preuve de prudence budgétaire et cesserons d’utiliser notre système fiscal à des fins politiques. Enfin nous réduirons sur plusieurs budgets l’impôt sur le revenu des particuliers, l’impôt des entreprises et la taxe sur les gains en capital une fois le déficit éliminé.»

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional?

«Le transport régional, comme son nom l’indique, concerne justement les autorités locales. Un gouvernement du PPC ne se servira pas des élections pour acheter des votes avec de l’asphalte ou un pont-tunnel dont les coûts et les détails du projet ne sont même pas connus. Les champs de compétence seront respectés. Par contre, nous prendrons nos responsabilités dans des dossiers comme le pont de Québec par exemple.»

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat?

«Au lieu de continuer à endetter les générations futures avec des programmes qui ne changeront rien au climat, nous sortirons le Canada de l’Accord de Paris et cesserons de financer les organismes internationaux du climat. L’argent économisé sera réinvesti dans la recherche et le développement dans les secteurs de sciences appliquées, tout en créant un espace fiscal intéressant pour les entreprises de hautes technologies.»

Le candidat David-Roger Gagnon du Nouveau parti démocratique (NPD) fait également partie de la course dans la circonscription. Son équipe et lui n’ont toutefois pas donné suite aux démarches du journal, malgré de nombreuses tentatives.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *