Économie
12:46 1 décembre 2006 | mise à jour le: 1 décembre 2006 à 12:46 temps de lecture: 4 minutes

Il peint les casques de coureurs professionnels

Passionné de course automobile et de dessin, Patrice Harvey gagne sa vie d’une façon qu’il n’aurait jamais cru possible. En fait, le chanceux passe ses journées chez lui, dans son atelier de Lac-Beauport, à peinturer des casques de course automobile appartenant à des pilotes professionnels.

Depuis environ 13 ans, il peint des casques pour des pilotes comme Andrew Ranger, Bruno Spengler et Alexandre Tagliani. En plus de travailler en collaboration avec les pilotes, l’artiste peintre assiste à des courses automobiles un peu partout à travers le monde… pour le travail bien entendu.

Bien qu’il puisse désormais gagner sa vie avec ce boulot, M. Harvey a dû faire son chemin avant d’en arriver là. Il n’a d’ailleurs jamais pensé que sa passion pourrait un jour devenir son gagne pain. «J’ai commencé à peinturer des casques il y a environ 13 ans, mais ça fait seulement cinq ans que je m’y consacre entièrement», indique-t-il.
«J’ai toujours aimé dessiner, et un jour, j’ai décidé de peinturer mon casque de vélo après avoir vu certains cyclistes avec des casques originaux. J’en ai fait pour quelques personnes de mon entourage, puis pour un ami qui faisait du karting. De fil en aiguille, je me suis rendu jusqu’à Jean-François Dumoulin qui coursait avec Player’s, et c’est à partir de ce moment-là que d’autres pilotes ont commencé à m’appeler», raconte M. Harvey.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les pilotes de courses possèdent habituellement plusieurs casques. En fait, ils doivent les changer fréquemment en raison du rembourrage qui se détériore et de la peinture qui écaille. En tout, M. Harvey fait environ 100 à 120 casques par année, à raison de 2 à 3 par semaine. «En général, ça prend 15 à 20 heures par casques, mais cela dépend surtout des détails ainsi que de l’état du casque quand je le reçois», précise-t-il.

Si la plupart des coureurs lui font parvenir un casque neuf qu’il doit sabler puis peinturer, d’autres envoient directement leur ancien casque et lui demande de refaire la peinture. Un casque neuf coûte près de 1 400 $ et le montant pour le faire peinturer tourne autour de 600 $. Encore une fois, le montant varie beaucoup selon la complexité du travail.
«J’ai fait sept casques pour Tagliani cette année», indique-t-il en pointant vers les deux derniers qu’il vient de terminer et qu’il doit faire acheminer au coureur dans les prochains jours. «Je fais aussi des casques pour plusieurs pilotes de la région, entres autres, le jeune Michaël Grenier de Stoneham qui fait du karting. Il y a beaucoup plus de demande que ce qu’on pourrait croire», poursuit-il.

En fait, en plus de la demande provenant des pilotes de course, M. Harvey affirme qu’il existe également un marché pour les collectionneurs qui commandent des répliques de casques de professionnels.

Ils ne sont pas plus d’une cinquante dans le monde à se partager ce marché de façon professionnelle, estime M. Harvey. «Il y en a beaucoup qui le font comme loisir, mais très peu comme profession», affirme-t-il. D’ailleurs, cette année, lors du Grand Prix d’Indianapolis aux États-Unis, Red Bull avait organisé une exposition de casques, le «Helmet Art Exhibit», avec des peintres provenant de tous les coins de la planète.
«J’y étais à titre d’invité et j’ai pu rencontrer plusieurs peintres d’un peu partout, c’était vraiment une belle expérience. Les gens s’échangeaient des trucs et comparaient leurs techniques, il n’y a pas vraiment de compétition dans ce milieu, c’est ce qui est bien», explique-t-il.

Parmi les œuvres qu’il a réalisées, M. Harvey est particulièrement fier du casque qu’il a fait pour Alexandre Tagliani pour la course de Champ Car à Montréal qui se déroulait sur le circuit Gilles Villeneuve plus tôt cette année. «D’un côté on y retrouve l’ancien casques de Gilles Villeneuve, et de l’autre, une version modifiée de celui de Tagliani avec le signe des Jeux Olympiques de Montréal de 1976 pour souligner le trentième anniversaire».

Si tout se déroule à merveille pour l’artiste peintre ces jours-ci, il se prépare tranquillement à la venue du mois de mars qui promet d’être très chargé comme c’est le cas chaque année. Pour voir quelques-unes des œuvres de M. Harvey, rendez-vous sur le site de sa compagnie, http://www.smartracepaint.com.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *